•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Concessions de Doug Ford pour les Franco-Ontariens : « Un pas dans la bonne direction »

Francois Boileau, commissaire aux services en français

Selon l'annonce du gouvernement de vendredi, le poste de commissaire aux services en français ne sera plus aboli, mais plutôt transféré au bureau de l’ombudsman de l'Ontario.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des organismes francophones et des politiciens ont réagi à l'annonce du gouvernement Ford de transférer le poste de commissaire aux services en français au bureau de l'ombudsman et de recréer un ministère des Affaires francophones à part entière.

Carol Jolin, le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, est content de l’ouverture montrée par le gouvernement, mais se dit toutefois stupéfait par le choix du transfert du commissaire au bureau de l’ombudsman, sans avoir consulté la communauté.

Il craint que le commissaire ne soit pas indépendant.

L'ancienne ministre des Affaires francophones, la libérale Marie-France Lalonde, abonde dans le même sens.

François Boileau, l'actuel commissaire aux services en français, a par ailleurs indiqué dans un communiqué qu’il prendra le temps d’analyser la nouvelle annonce et réagira au début de la prochaine semaine.

M. Jolin a répété qu'il est important que l’Université de l’Ontario français ouvre en 2020 et que l'AFO est prête à s'asseoir avec le gouvernement pour en discuter.

Les 40 actions citoyennes prévues le 1er décembre auront toujours lieu, ajoute le président de l’Assemblée.

L’ACFO d'Hamilton appelle les Franco-Ontariens à maintenir leurs revendications.

Réactions du fédéral

La ministre fédérale du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, croit que la réaction des Franco-Ontariens a forcé le gouvernement ontarien à réagir.

Photo en mosaïque de deux femmes blondesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La ministre ontarienne déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney (à g,), et la ministre fédérale des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly.

Photo : La Presse canadienne / Patrick Doyle/Mark Blinch

Clairement, le mouvement porté par les Franco-Ontariens, et que notre gouvernement a appuyé dès le départ, s’est fait entendre, a déclaré la ministre.

Elle nuance en ajoutant : il s’agit cependant de mesures qui visent à apaiser la grogne. Nous allons devoir veiller au grain, et travailler de très près avec la communauté pour assurer de protéger les acquis.

Nous entendons étudier avec attention les mesures annoncées aujourd’hui, et ce, aux côtés de la communauté franco-ontarienne.

Mélanie Joly, ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie

Les annonces d’aujourd’hui sont un pas dans la bonne direction, a déclaré le chef de l'opposition officielle à Ottawa, Andrew Scheer. Cependant, je n’hésiterai pas à m’asseoir à nouveau avec le gouvernement de l’Ontario pour trouver des moyens d’aider davantage les communautés francophones en Ontario.

Lorsque je serai premier ministre, je vais discuter avec le gouvernement de l’Ontario pour que l’université francophone se concrétise, car le gouvernement fédéral doit être un partenaire dans ce projet.

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada

Une décision inattendue

La politologue Geneviève Tellier, de l'Université d'Ottawa, est surprise de la décision du gouvernement.

M. Ford a voulu apaiser le jeu et est prêt à faire des concessions.

Geneviève Tellier, professeure à l'Université d'Ottawa

Elle croit que la nomination d'un conseiller au bureau du premier ministre et le fait que Mme Mulroney deviendra une ministre des Affaires francophones à part entière sont des indications que le premier ministre veut être mieux entouré, quand viendra le temps de prendre des décisions qui touchent les francophones.

Mme Tellier se réjouit du retour du commissaire aux services en français et du fait qu'il pourra mener des enquêtes, mais croit qu'il faut attendre de voir comment cela va fonctionner.

Politique provinciale

Politique