•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3 M$ pour traiter la dépendance aux opioïdes par le cannabis

Une boîte de cannabis médicinal ouverte avec de l'herbe à l'intérieur.

Le cannabis pourrait être inclus dans le traitement de la dépendance aux opioïdes.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Radio-Canada

Un chercheur de l'Université de la Colombie-Britannique qui s'intéresse au traitement de la dépendance aux opioïdes par le cannabis reçoit une aide financière de trois millions de dollars du ministère provincial de la Santé mentale et de la dépendance et du distributeur de marijuana Canopy Growth.

L’ouverture d’un poste de chercheur sur le cannabis est une première au Canada. Elle permettra à Michael John Milloy, un épidémiologiste au centre de recherche sur l’usage des drogues de la Colombie-Britannique, de poursuivre ses essais pour trouver un traitement de la dépendance aux opioïdes par des médicaments à base de cannabis.

Le chercheur dit que lors d’une précédente étude à Vancouver, il a découvert que les personnes qui traitaient leur dépendance par le cannabis avaient 50 % moins de risques de faire une surdose. Le spécialiste veut approfondir cette étude par des essais cliniques.

« Nous allons recruter des personnes qui sont déjà traitées pour dépendance aux opioïdes et nous allons progressivement remplacer ce traitement par un traitement à base de cannabis ou par un placebo, sous la supervision d’un médecin », a-t-il expliqué en conférence de presse vendredi.

Un don sans contrepartie

La ministre de la Santé mentale et de la Dépendance en Colombie-Britannique, Judy Darcy, estime que ces recherches sont une contribution majeure à la lutte contre les surdoses, qui ont fait 1143 morts de janvier à septembre 2018.

Trop de personnes abandonnent leur traitement contre les opioïdes trop tôt. Espérons que ces recherches les aideront dans leur parcours de soin.

L'entreprise de distribution de cannabis Canopy Growth contribue à hauteur de 2,5 millions de dollars sur trois ans au financement du poste, assurant qu’il s’agit d’un don sans contrepartie. Le gouvernement de la Colombie-Britannique apporte 500 000 $.

Colombie-Britannique et Yukon

Dépendances