•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Achats en ligne et piratage, un artiste de Saskatoon raconte sa malchance

Une personne tape sur un clavier rétroéclairé.

Le groupe de pirates informatiques Magecart est l'auteur du piratage des entreprises British Airways et la branche britannique de Ticketmaster.

Photo : getty images/istockphoto / djedzura

Radio-Canada

La prudence est de mise lorsqu'on fait des achats en ligne, ce que l'artiste Jean-Sébastien Gauthier a appris à ses dépens. Il a découvert cette semaine qu'il était l'une des victimes d'un piratage informatique ciblant Newegg, un géant américain du commerce électronique.

Un texte de Marie Chabot-Johnson

Du 14 août au 18 septembre, plusieurs médias ont signalé que le groupe de pirates informatiques Magecart a eu accès aux données bancaires et de cartes de crédit de certains clients de Newegg. Le regroupement est aussi à l'origine du piratage des entreprises British Airways et la branche britannique de Ticketmaster.

Un message courriel a été envoyé à l’ensemble des clients possiblement touchés. Cela a été le cas pour Jean-Sébastien Gauthier, mais ce dernier n’a vu le message que mercredi soir, le message se trouvant dans sa boîte de pourriels.

Jean-Sébastien Gauthier vue du torse à la tête.

Le Fransaskois Jean-Sébastien Gauthier est un des trois artistes lors du dévoilement de l'oeuvre commémorative de la guerre 1812 installée à Saskatoon.

Photo : Radio-Canada / Pascale Bouchard

Il a ensuite remarqué différents retraits d'argent qui n'avaient pas été effectués par lui dans un de ses comptes bancaires, pour une somme totale de 1174,93 $. Ce n’est pas un compte que je vérifie régulièrement, car il sert à un de mes projets financés par le Conseil des arts du Canada, explique le sculpteur et artiste médiatique.

Il souligne qu'il a des assurances pour être protégé dans de telles situations. Cependant, il a dû faire une partie des démarches lui-même auprès de sa banque et de sa compagnie de carte de crédit, pour s’assurer de ne pas perdre de l’argent.

Sur son site web, Newegg indique avoir plus de 25 millions de visiteurs uniques par mois, pour un chiffre d’affaires évalué à 2,65 milliards de dollars en 2016.

J’ai trop fait confiance.

C’est la réponse du service à la clientèle de l’entreprise Newegg qui le déçoit le plus. Il avoue avoir passé plusieurs heures au téléphone avec des employés de Newegg et de la compagnie mandatée par cette dernière, sans obtenir de réponses à ses questions. J’ai été ébahi par le niveau d’incompétence du personnel. Personne ne pouvait me dire qui était informé au niveau légal. Quel service policier? Dans quel pays?, dit-il en soupirant. Il a décidé de déposer une plainte à la police de Saskatoon pour signaler le piratage.

En ce week-end du Vendredi fou, Jean-Sébastien Gauthier appelle à la vigilance lorsque vient le temps de faire des achats en ligne. Le dernier achat que j’ai fait [sur le site de Newegg] m’a fait sauver 40 $. Donc, ça ne vaut pas la peine s’il arrive quelque chose.

Sur son site web, la Gendarmerie royale du Canada recommande de se renseigner sur les modalités de collecte, de protection et d’utilisation des renseignements personnels. La GRC précise que les commerçants les plus sécuritaires ont une politique de désistement, qui permet aux clients de retirer leurs données bancaires.

Pour sa part, Jean-Sébastien Gauthier ne permettra plus à un site web d’enregistrer ses informations en prévision d’autres achats. Un risque qui ne vaut pas le temps économisé, selon lui.

Saskatchewan

Crimes et délits