•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Services en français en Ontario : un symposium très attendu

le portrait d'un homme

Le commissaire aux services en français de l'Ontario, François Boileau

Photo : Radio-Canada / Cedric Lizotte

Radio-Canada

Tous les regards de la francophonie ontarienne seront tournés aujourd'hui vers le symposium du Commissariat aux services en français de l'Ontario. Malgré l'annonce récente de son abolition, le Commissariat tient à conserver la même ligne directrice définie lors de l'organisation de l'événement, il y a six mois.

Un texte de Maud Cucchi

Experts et conférenciers de la francophonie se pencheront sur les sujets-clés du Rapport annuel 2017-2018 du Commissariat, publié cet été. Celui-ci anticipe un déclin de la densité franco-ontarienne dans la prochaine décennie. Le rapport recommandait au gouvernement de se doter d’un plan d’action sur le développement des communautés francophones et la promotion du français en Ontario.

Les sujets que nous avons prévu de traiter lors de ce symposium sont plus que jamais d’actualité, a écrit le commissaire François Boileau pour confirmer le maintien de l’événement à la suite de l’annonce de l’abolition de son service le 15 novembre.

La défense non partisane de la communauté francophone et de sa diversité nous a animés depuis plus de 11 ans. Le travail que nous avons mené avec rigueur et ténacité tout en étant pragmatiques et réalistes, les victoires que nous avons gagnées, tout ceci va perdurer, en vertu de la Loi sur les services en français.

François Boileau, commissaire aux services en français de l'Ontario

Un événement couru

Le directeur général du Commissariat, Jean-Gilles Pelletier, assure que le symposium affichait déjà complet avant même les compressions annoncées dans les services et projets francophones de la province.

Portrait d'un homme souriant à barbe grisonnante et lunettes de vue.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le directeur général Jean-Gilles Pelletier, assure que le symposium ne changera pas son ordre de jour malgré l'abolition du Commissariat.

Photo : Commissariat aux services en français de l'Ontario

L'objectif d'une telle rencontre est de mobiliser les décideurs publics, les experts, des membres de la société civile, mais aussi les leaders francophones et francophiles autour des enjeux qui animeront les communautés franco-ontariennes dans la prochaine décennie.

230 participants assisteront aux différents panels animés par une vingtaine d’experts et de conférenciers à l’hôtel Fairmont Royal York, à Toronto.

Une soixantaine de représentants gouvernementaux, du secteur privé et d’organismes anglophones sans but lucratif ont confirmé leur présence aux débats.

La ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney, n'a toutefois pas répondu à l'invitation du Commissariat.

Les discussions ne devraient pas changer. Pourquoi? Parce que les panels sont composés de gens qui ont une grande réputation universitaire, ou dans la fonction publique. Ils ont une réflexion qui déborde le cadre du rôle du Commissariat.

Jean-Gilles Pelletier, directeur général du Commissariat aux services en français de l'Ontario

Contrairement au rapport précédent, qui faisait le bilan de la dernière décennie, le rapport intitulé Se projeter, se préparer établit une projection alarmante de la population francophone dans les 10 prochaines années. 14 recommandations visaient à mobiliser les décideurs publics autour d’un déclin démographique à anticiper.

Francophonie

Politique