•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La contribution d'un illustrateur au cœur du combat

Marc dessine crayon à la main.

L'illustrateur Marc Keelan-Bishop dans son studio situé dans le comté de Prince-Edward.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Radio-Canada

Des francophones de partout en Ontario s'activent depuis l'annonce de compressions dans les services en français du gouvernement de Doug Ford. Les opinions et les commentaires sont nombreux sur les médias sociaux. Mais, depuis le 15 novembre, une image retient surtout l'attention : celle du poing levé devant le drapeau franco-ontarien. L'illustration est devenue l'un des symboles de la « résistance ».

Un texte de Frédéric Pepin

L'illustrateur franco-ontarien Marc Keelan-Bishop est l'auteur de l'image, une oeuvre qui sert, depuis, à mobiliser les troupes. Pour l'artiste du comté de Prince-Edward, c’était la façon la plus naturelle de s’exprimer pour faire entendre son mécontentement.

J’étais fâché et blessé et je voulais réconforter les gens pour leur dire qu’on a déjà vécu pire. Le poing en l’air, c’est ce qu’on fait naturellement pour dire non.

Marc Keelan-Bishop, illustrateur franco-ontarien
Un poing levé devant un drapeau franco-ontarien

L'illustrateur franco-ontarien Marc Keelan-Bishop a créé cette illustration dans le cadre d'une campagne pour exiger la création de l'Université de l'Ontario français, projet annulé jeudi par le gouvernement ontarien.

Photo : Marc Keelan-Bishop

Depuis le jeudi 15 novembre, son illustration a été partagée et utilisée plusieurs milliers de fois.

Je suis rendu au point où je trouve que l’Université franco-ontarienne et le Commissariat sont moins importants que l’énergie qui a été créée dans la communauté depuis jeudi, explique Marc Keelan-Bishop. Oui, j’aimerais ravoir l’Université et le Commissariat, mais maintenant il y a tellement plus qu’on pourrait avoir.

Marc Keelan-Bishop parle de sa fameuse illustration (entrevue réalisée le mercredi 21 novembre)

L’illustrateur n’a pas fini de contribuer au mouvement. Sa dernière création a été imprimée sur des chandails et les profits des ventes seront versés à l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO) pour son fonds de mobilisation.

Francophonie

Société