•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec demande à la Commission municipale d'intervenir à Chambly

Les informations de Sébastien Desrosiers.
Radio-Canada

Au lendemain de la diffusion du reportage d'Enquête qui a mis en lumière le climat d'intimidation qui règne à l'Hôtel de Ville de Chambly, le gouvernement Legault se tourne vers la Commission municipale du Québec afin qu'elle examine les agissements du maire Denis Lavoie.

Un texte de Jérôme Labbé et Jean-Philippe Guilbault

Ainsi, la nouvelle ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, « s'est empressée ce matin de demander à la Commission municipale de se pencher en priorité sur le dossier et d'agir dans la limite de ses pouvoirs actuels et futurs », écrit son cabinet, ajoutant que la Commission pourra utiliser son pouvoir de sanction si elle le juge nécessaire.

En entrevue à Radio-Canada, Mme Laforest s'est dite « très préoccupée » par le reportage d'Enquête. « On ne pouvait pas laisser passer ça », a-t-elle avoué, ajoutant avoir reçu de nombreux appels après la diffusion de l'émission.

À Patrice Roy en direct, la ministre a aussi confié qu'elle avait demandé l'aide du Commissaire à l'intégrité municipale et aux enquêtes du MAMOT.

Un maire, une mairesse, doit être irréprochable.

Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales du Québec

Il est cependant beaucoup trop tôt, selon elle, pour envisager une tutelle de la Municipalité.

Entrevue avec Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l'Habitation.

Le maire Lavoie réplique

Le principal intéressé a réagi vendredi matin sur les réseaux sociaux, faisant savoir qu'il ne regrettait pas les propos qu'il a tenus par le passé.

Sur la page Facebook « Action Chambly – Équipe Denis Lavoie », le maire a publié un message dans lequel il indique vouloir toujours « [se] battre pour protéger les enfants de Chambly; les miens et ceux de mes concitoyens(nes) », faisant référence au reportage d’Enquête dans lequel on peut entendre, dans un échange téléphonique entre le responsable d’une équipe locale de soccer et M. Lavoie, les propos injurieux de ce dernier.

Le maire avait violemment réagi à la décision de l’entraîneur de garder sa fille sur le banc, lui reprochant en outre d'avoir lancé un gilet au visage de celle-ci.

J’assume pleinement les mots d’église utilisés et je n’hésiterai pas à recommencer s’il le faut. Je vais me battre jusqu’à la mort pour le faire.

Denis Lavoie, maire de Chambly, sur Facebook

Joint par Radio-Canada, M. Lavoie a toutefois refusé de nous accorder une entrevue en bonne et due forme.

Froid syndical

En plus de cet échange, le reportage fait état de plusieurs cas d’intimidation relatés par des employés actuels et d’anciens employés de cette Municipalité de la Rive-Sud.

La Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN), qui représente 70 cols bleus de la Ville de Chambly, a d'ailleurs publié un communiqué vendredi pour demander au ministère des Affaires municipales de « prendre ses responsabilités » dans le dossier.

« Le climat de terreur régnant à l'Hôtel de Ville de Chambly ne sert certainement pas l'intérêt des citoyennes et des citoyens, écrit André Lajoie, secrétaire général de la FEESP-CSN. Cela doit s'arrêter ici. »

En entrevue à Radio-Canada, M. Lajoie a reconnu qu'aucun col bleu ne s'est directement plaint au syndicat. Il a toutefois laissé savoir que l'intimidation vécue par certains cols blancs était connue de tous.

Car ce climat malsain perdure « depuis deux ou trois ans », selon M. Lajoie.

Des partenaires préoccupés

Invitée à réagir à titre de présidente de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), la mairesse Valérie Plante s'est montrée prudente quant aux propos diffusés par Radio-Canada.

« Je ne vous cacherai pas que, pour moi, un élu doit avoir une éthique irréprochable et ça passe par la transparence et le respect », s'est-elle contentée de déclarer, précisant qu'elle attendrait de voir la suite des choses avant de se prononcer davantage.

L'Union des municipalités du Québec (UMQ) suit l'affaire de près elle aussi.

De ce que nous connaissons de la situation, nous la trouvons déplorable et ne la cautionnons aucunement.

François Sormany, porte-parole de l'UMQ

Le président de la Ligue d'action civique, Rodolphe Parent, a indiqué qu'il était déjà au courant depuis plusieurs mois des mises en demeure envoyées par la Ville de Chambly à certains citoyens.

Selon lui, le maire Lavoie « doit apprendre à vivre avec la critique ».

M. Parent se montre toutefois sceptique par rapport à la capacité d'action de la Commission municipale du Québec, espérant qu'« elle émettra plus qu'une réprimande » si elle trouve matière à sanctionner.

Enfin, ni la conseillère municipale Alexandra Labbé, du Parti Démocratie Chambly, ni la porte-parole du Mouvement citoyen de Chambly, Julie Daignault, ne se sont dites surprises par les révélations d'Enquête.

« Nous, on le dénonce depuis longtemps, ce comportement-là », a souligné Mme Labbée, faisant référence à des échanges tendus au conseil municipal, où le maire peut parfois se montrer « arrogant », selon elle.

Mme Daignault raconte pour sa part que son organisme a reçu beaucoup de témoignages anonymes de la part de citoyens préoccupés par le comportement du maire Lavoie.

« Quand un maire, une Ville, d'autres administrateurs envoient des mises en demeure à des citoyens qui s'expriment – même si des fois, les mots ne sont pas à notre goût –, ça reste que c'est un bâillon qu'on fait », juge-t-elle.

Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine, Sébastien Desrosiers et Marc Verreault

Grand Montréal

Politique municipale