•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Augmentation du nombre de nouveau-nés avec des symptômes de sevrage à Winnipeg

Un bébé blanc phtotographié de dos avec une couche blanche.

L'Office régional de santé de Winnipeg dit que 20 bébés sont nés avec un syndrome d'abstinence néonatale jusqu'à présent au cours de l'année fiscale. Il espère que la tendance sera à la baisse cette année.

Photo : Shutterstock

Radio-Canada

L'Office régional de santé de Winnipeg (ORS) dit avoir observé une augmentation du nombre de nouveau-nés présentant des symptômes de sevrage de drogues illégales au cours des deux dernières années. Il indique toutefois que cette tendance est en baisse cette année.

Durant l'année fiscale 2017-2018, l'Office régional de santé de Winnipeg indique que 88 nouveau-nés sont venus au monde avec un « syndrome d'abstinence néonatale ». Il s'agit de la réaction psychologique des bébés qui sont en sevrage de drogues illégales consommées par leur mère pendant la grossesse.

Ce nombre représente une augmentation de 12,8 % par rapport à l'année fiscale 2016-2017, lorsque l'ORS avait signalé 78 bébés nés avec ce syndrome. Durant l'année fiscale 2015-2016, ce nombre était de 71.

Depuis le début de l'année fiscale 2018-2019, 20 nouveau-nés ont été recensés présentant un « syndrome d'abstinence néonatale ». Cela fait dire à un porte-parole de l'Office régional de santé de Winnipeg que ce nombre pourrait signifier un déclin de cette tendance. L'année fiscale prend fin au mois de mars 2019.

La présidente du Syndicat des infirmières du Manitoba, Darlene Jackson, estime que l'augmentation observée durant les années précédentes est préoccupante.

« Le fait qu'il s'agit d'une augmentation de près de 13 % est préoccupant en soi, c'est une augmentation visible, note Darlene Jackson. Le problème, c'est que nous ne connaissons pas vraiment les effets à long terme que cela aura sur les enfants. »

Les chiffres de l'Office régional de santé de Winnipeg pour les six dernières années :

2017-2018 : 88
2016-2017 : 78
2015-2016 : 71
2014-2015 : 77
2013-2014 : 76
2012-2013 : 68

Un porte-parole de l'Office régional de santé de Winnipeg explique que l'organisation ne note pas le genre de drogues que les mères de nouveau-nés présentant un « syndrome d'abstinence néonatale » consomment.

La présidente du Syndicat des infirmières du Manitoba estime que la récente augmentation observée pourrait être liée à la montée de la consommation de méthamphétamine à Winnipeg.

Selon une experte en pharmacologie et toxicologie qui travaille auprès de la Fondation manitobaine de lutte contre les dépendances, Sheri Fandrey, les nombres présentés par l'Office régional de santé de Winnipeg n'ont rien de surprenant.

Depuis les deux dernières années, elle dit que la fondation a vu le nombre de femmes venir pour des problèmes de dépendance à la méthamphétamine doubler.

Elle indique néanmoins que la fondation observe que le nombre général de femmes enceintes qui font usage de drogues reste « très, très faible ».

Dans le cas des bébés exposés à la méthamphétamine, Sheri Fandrey dit que l'étude la plus complète à ce jour indique que les symptômes du « syndrome d'abstinence néonatale » comprennent la léthargie, l'irritabilité et l'air stressé. Les mères d'enfants atteints du syndrome ont de la difficulté à encourager l'alimentation et la mise au sein pendant l'allaitement.

L'étude indique par ailleurs que les symptômes ont tendance à diminuer chez les bébés après environ un mois et que le comportement de ces derniers ressemble beaucoup à celui des autres bébés par la suite.

Darlene Jackson et Sheri Fandrey estiment que les chiffres soulignent l'importance d'aider les mères aux prises avec une dépendance et leurs bébés.

Avec des informations de Marianne Klowak et Laura Glowacki, CBC News

Manitoba

Drogues et stupéfiants