•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le coût de l'essence contribue à la hausse de 2,4 % de l'Indice des prix à la consommation

Des passagers et des bagages dans un aéroport.
Ce sont les prix des tarifs aériens, des véhicules automobiles et des voyages organisés qui ont augmenté le plus rapidement. Photo: La Presse canadienne
La Presse canadienne

Le rythme de l'inflation s'est accentué sur une base annuelle le mois dernier pour s'établir à 2,4 %, principalement alimenté par la hausse des prix de l'essence, a annoncé vendredi Statistique Canada.

L'inflation observée en octobre représente un bond important par rapport au taux de 2,2 % enregistré en septembre, et propulse cet Indice des prix à la consommation (IPC) un peu plus loin de la cible de 2 % de la Banque du Canada.

Les économistes sondés par Thomson Reuters Eikon s'étaient attendus à une inflation de 2,2 % en octobre.

Les prix à la pompe ont connu une hausse de 12 % en octobre par rapport au même mois de l'année précédente, tandis que les prix du transport aérien ont crû de 9,4 % et que le coût de l'intérêt hypothécaire a fait un bond de 7 %, a précisé le rapport.

En contrepartie, les prix ont décliné principalement du côté des équipements vidéo (7,2 %), des services téléphoniques (4 %) et des hébergements pour voyageurs (3,9 %), par rapport à l'année précédente.

En Ontario, Statistique Canada a indiqué que les prix de l'énergie avaient glissé de 2,4 % en octobre par rapport à septembre, après le rejet par le nouveau gouvernement provincial du programme de plafonnement et d'échange d'émissions de gaz à effet de serre mis en place en janvier dernier.

Les prix à la consommation ont augmenté plus rapidement dans huit provinces.

Au Québec, l'inflation a connu le même rythme le mois dernier qu'en septembre, à 1,7 %.

En Ontario, l'inflation a été de 2,5 % en octobre, alors qu'elle avait été de 2,2 % en septembre.

En Alberta, l'indice des prix à la consommation a affiché 2,8 % le mois dernier, en baisse par rapport à 3 % le mois précédent.

La Banque centrale à l'affût

Les taux d'imposition foncière ont diminué au Nouveau-Brunswick (-0,1 %) et au Québec (-1,7 %), où le projet de loi 166 a harmonisé les taxes scolaires au Québec et a introduit une exemption pour les propriétaires fonciers.

La moyenne des trois indicateurs d'inflation de base de Statistique Canada, qui ne tient pas compte d'éléments plus volatils tels que les prix de l'essence, a légèrement augmenté, atteignant 2 % le mois dernier, en phase avec la cible de la Banque du Canada.

La banque centrale accorde une attention particulière à cette moyenne dans ses décisions en matière de taux d'intérêt - et elle peut choisir de relever son taux directeur afin d'empêcher une inflation trop élevée. Son objectif est de maintenir l'inflation dans une fourchette de 1 à 3 %, avec une cible principale médiane de 2 %.

La prochaine annonce sur les taux d'intérêt du gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, est prévue pour le 5 décembre.

Stabilité à la division des ventes

Dans un rapport distinct publié vendredi, Statistique Canada a déclaré que les ventes au détail en septembre avaient augmenté de 0,2 % par rapport à août. Le commerce de détail d'un mois par rapport à l'autre est resté pratiquement inchangé en août et a connu une augmentation de 0,2 % en juillet.

Cette progression est principalement due au bond des ventes de 0,9 % dans les magasins d'alimentation et de boissons. Les ventes des supermarchés ont augmenté de 1,7 %, ce qui a largement compensé la baisse de 1,7 % dans les ventes de bière, de vin et de spiritueux.

Les ventes des magasins de marchandises diverses ont également augmenté de 1,2 %, tandis que celles des concessionnaires de véhicules automobiles et de leurs pièces ont augmenté de 0,5 %.

Consommation

Économie