•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jour 3 du procès de Dennis Oland : des policiers témoignent sur la scène du crime

Dennis Oland qui quitte le palais de justice de Saint-Jean aux côtés de son avocat.
Dennis Oland témoignera lors de ce nouveau procès, mais la date n'est pas encore connue. Photo: Radio-Canada / Catherine Allard
Radio-Canada

Deux policiers ont été appelés à la barre des témoins, vendredi, au troisième jour du procès de Dennis Oland, accusé du meurtre non prémédité de son père. La défense semble vouloir faire comme lors du premier procès : démontrer que la scène du crime aurait pu être compromise par le travail policier.

La journée de vendredi a commencé avec le témoignage d'une policière, Trinda McAlduff. Elle avait été engagée en juillet 2011 à titre de cadette.

Les avocats lui ont demandé de reconstituer l'arrivée des policiers sur la scène du crime, le matin du 7 juillet 2011. Elle était chargée de surveiller les gens qui entraient et sortaient de l'édifice et de retrouver l'arme du crime. La défense a tenté de démontrer qu'il manquait des détails sur les personnes qui sont entrés dans le bureau de Richard Oland, soit la scène du crime.

La policière Trinda McAlduff était la deuxième témoin appelée à la barre lors du troisième procès de Dennis Oland.La policière Trinda McAlduff quitte le palais de justice de Saint-Jean après son témoignage au procès de Dennis Oland. Photo : Radio-Canada

Notons que lors du premier procès en 2015, la défense avait montré qu’il y avait pu y avoir des problèmes avec l’enquête de la police. Notamment que des policiers seraient entrés dans le bureau sans équipement protecteur pour éviter de contaminer la scène et que les actions de la police de Saint-Jean auraient pu mener à la destruction ou l'altération des preuves.

En après-midi, un second policier présent le matin du 7 juillet 2011 a témoigné. Il s'agit de Duane Squires, qui est avec la Force policière de Saint-Jean depuis 2006.

La défense lui a notamment posé des questions pour savoir s’il était bien préparé pour ce type d’enquête en tant que policier.

L'agent Duane Squires à sa sortie du palais de justice le 23 novembre 2018.Duanes Squires, agent de la police de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick, témoigne au troisième procès de Dennis Oland. Photo : Radio-Canada / Catherine Allard

Aviez-vous reçu de la formation pour cette situation précise ?, demande l’avocat. Non, répond-il.

Duane Squires admet, entre autres, ne pas avoir mis de gants lorsqu'il a ouvert la porte du bureau de Richard Oland et que seul le bureau de la victime a été considéré comme une scène de crime, même si l'arme aurait pu se trouver à l'extérieur de cette salle et même à l'extérieur de l'édifice.

Le policier admet enfin que, si les événements se produisaient aujourd’hui, avec l’expérience qu’il a acquise depuis, il agirait autrement.

Suivez les messages Twitter de notre journaliste au palais de justice de Saint-Jean

Jeudi, le contre-interrogatoire de la secrétaire de Richard Oland, Maureen Adamson, a permis de dresser un portrait différent de la relation entre les deux hommes que celui présenté par la Couronne mercredi.

Maureen Adamson est celle qui a trouvé le corps de Richard Oland, étendu dans une mare de sang dans son bureau, en juillet 2011.

Les questions de la défense ont notamment porté sur la relation qu’entretenaient Richard Oland et son fils Dennis.

Elle a répondu qu’ils avaient une bonne relation, même si Dennis Oland avait contracté un prêt de 500 000 $ auprès de son père.

Maureen Adamson à la sortie du palais de justice de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.Maureen Adamson, la secrétaire de Richard Oland, a été la première témoin appelée à la barre lors du troisième procès de Dennis Oland. Photo : Radio-Canada / Catherine Allard

Dennis Oland a plaidé non coupable à l’ouverture de son troisième procès mercredi matin.

Il a été inculpé de meurtre au deuxième degré en 2013. Il a été condamné en 2015, mais le verdict du jury a été annulé en appel en 2016 et un nouveau procès a été ordonné.

Nouveau-Brunswick

Procès et poursuites