•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bouffée d’air frais pour l’énergie renouvelable en Alberta

Paysage du sud de l'Alberta avec une éolienne en premier plan à côté d'un ascenseur à grain et les montagnes Rocheuses en arrière-plan

Le gouvernement albertain s’est engagé à augmenter à 30 % sa production d’électricité provenant de sources renouvelables d'ici 2030.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Éolien, biomasse, hydroélectricité et solaire : l'Alberta annonce un investissement de 200 millions de dollars sur 20 ans pour augmenter sa production d'énergie renouvelable avec de petits projets partout dans la province.

Un texte de Simon-Pierre Poulin

Le gouvernement albertain s’est engagé à éliminer complètement le charbon de son bouquet énergétique d’ici 2030. Espérant que le vide laissé par cette source d’énergie sera comblé par de l'énergie de sources renouvelables, la ministre de l’Environnement Shannon Phillips promet un important financement.

En soutenant des projets de petite envergure, qui produisent entre 5 et 25 MW, elle espère à terme répondre à 2 % de la demande albertaine en électricité.

« Le modèle d’investissement sera mis en place par le marché privé », explique-t-elle. Les promoteurs qui voudront profiter de cette enveloppe seront soumis à un processus semblable à un appel d'offres. La ministre assure qu’il s’agit de la meilleure façon de garantir un prix compétitif pour l'électricité.

Les projets retenus devront aussi contribuer « au bien-être de la communauté » notamment par le réinvestissement local des profits, un aspect du projet qu’applaudit Annie McKitrick, la députée de Sherwood Park. « Le gouvernement retire un obstacle aux communautés qui cherchent l’autosuffisance énergétique », a-t-elle ajouté.

L'enveloppe présentée jeudi provient du plan albertain sur le changement climatique, un plan auquel s'oppose vivement le Parti conservateur uni de Jason Kenney.

Questionnée sur la viabilité à long terme de son investissement vert, la ministre néo-démocrate a indiqué que Jason Kenney devra déchirer de nombreux contrats et mettre fin à des partenariats avec des municipalités et des communautés autochtones s’il souhaite renverser ce plan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !