•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Comité de sauvegarde de l'église Saint-Jérôme ne baisse pas les bras

L'église Saint-Jérôme de Matane

L'église Saint-Jérôme de Matane

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Radio-Canada

Le Comité de sauvegarde de l'église Saint-Jérôme croit que le bâtiment patrimonial, fermé depuis quelques semaines, peut encore être sauvé. Le groupe de paroissiens propose deux solutions à la fabrique Cœur-immaculé-de-Marie et à la Ville de Matane. Il appelle à l'ouverture d'esprit et au dialogue.

Un texte de Jean-François Deschênes

La première idée prévoit le déménagement du bureau d'information touristique, présentement situé dans le phare à l’entrée ouest de la ville, dans les murs du bâtiment.

La prise en charge de l'église serait faite par la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre. Il s'agit d'un groupe catholique conservateur qui célèbre les messes en latin.

Le président du comité, Paul Gauthier, avoue qu’il s’inquiétait de ce genre de cérémonie, mais la messe à laquelle il a participé dans le secteur de Québec, l’a rassuré. Lorsque tu ne connais pas quelque chose, ça à l’air un peu bizarre. Moi je ne vois aucun problème à aller voir une messe en latin.

La seconde proposition suggère le retour des messes, à la différence que l'espace dans l'église serait partagé avec d'organismes culturels et sportifs de la ville.

Paul Gauthier refuse de laisser l’église dépérir sans tenter de trouver une solution Quand même qu’on dirait non, on va continuer à travailler en ce sens que je pense qu’on a raison.

Un centre-ville avec des ruines ce n’est pas avantageux pour personne.

Paul Gauthier, président, Comité de sauvegarde de l’église Saint-Jérôme

Dans les dernières semaines, le comité de sauvegarde de l'église a récolté 48 000 $ dollars pour chauffer l'église. Cependant, la Fabrique a maintenu la décision de clôturer le bâtiment et mettre fin complètement à la vocation religieuse.

Les paroissiens et paroissiennes se tiennent debout dans l'église.

L'église Saint-Jérôme a accueilli sa dernière messe le dimanche 7 octobre.

Photo : Radio-Canada / Catherine Poisson

Fabrique Cœur-Immaculé-de-Marie

La seule suggestion qui est balayée du revers de la main par le président de la Fabrique responsable de l’église, Michel Barriault, c’est d’ouvrir les portes à la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre.

Cependant, pour ce qui est des autres propositions, il promet d’en discuter avec les membres de son conseil. Quand il y a des gens qui travaillent à trouver des solutions pour faire en sorte d’assurer la conservation et la pérennité de cet édifice-là, nous on ne demande pas mieux.

On va les regarder avec beaucoup d’intérêts, mais comme on a répété antérieurement et que le conseil de fabrique a toujours dit, on ne dira pas oui à n’importe quoi.

Michel Barriault , président de la Fabrique responsable de l’église
Photo de groupe avec quatre personnes.

Le Comité de Sauvegarde de l'église Saint-Jérôme poursuit sa croisade et propose deux idées pour rouvrir le bâtiment patrimonial.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

La Ville de Matane

La Ville de Matane ouvre aussi la porte aux propositions du Comité.

Le maire, Jérôme Landry, ne cache pas qu’il aimerait déménager le bureau d’information touristique au centre-ville. Est-ce que l’église serait le meilleur endroit? Il ne le sait pas encore.

Concernant la suggestion en lien avec les groupes culturels et sportifs, M. Landry est ouvert aussi à l’idée. Il pense notamment aux organismes qui ont dû quitter en catastrophe le Pavillon de la cité pour être installés dans l'ancienne école Marie-Guyart, propriété de la Commission scolaire des Monts-et-Marées.

Il souligne qu’il reste un an et demi à cette entente de cinq ans. Jérôme Landry ne sait pas si la Commission scolaire voudra renouveler la location.

C’est pour ces raisons qu’il promet d’étudier attentivement ces propositions. Il y a une ouverture, comme on a fait avec la Société d’histoire et l’église Bon-Pasteur.

S’il y a un projet qui offre une certaine viabilité et qui aurait des avantages pour la Ville, pour ses organisations de s’établir dans une situation avec d’autres groupes. C’est certain qu’on va prendre le temps d’analyser la situation.

Jérôme Landry, maire de Matane

La seule chose qui est certaine, c’est que Matane n’a pas l’intention d’acquérir l’église précise-t-il. Il ne voit aucun problème à louer des espaces.

La semaine dernière, Matane a déjà signifié qu'elle ne transformerait pas l'église en salle de spectacle.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Société