•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • « Tu la veux-tu la guerre? » Les menaces du maire de Chambly

    Denis Lavoie à l'hôtel de ville

    Le maire de Chambly, Denis Lavoie

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Poursuites, menaces et abus d'autorité... Le maire Denis Lavoie règne sur la ville de Chambly avec une poigne de fer depuis 2005. Pour la première fois, des témoins prennent la parole pour dénoncer l'intimidation et le climat toxique à l'hôtel de ville, dont ils disent avoir été victimes.

    Par Marie-France Bélanger d’Enquête

    « Veux-tu vraiment m’affronter? Veux-tu vraiment m’affronter? »

    Abasourdi, un des responsables du club de soccer l’Arsenal de Chambly, Benoît Girard, est au bout du fil avec un parent mécontent.

    Le père estime que sa fille passe trop de temps sur le banc lors des matchs et ajoute que l'entraîneur lui a lancé un gilet au visage. La conversation prend rapidement une tournure agressive.

    « Comprends-tu que dans les médias, tu vas avoir l’air d’un crisse de clown? », dit le père.

    La situation est d’autant plus délicate que Benoît Girard parle avec une personnalité publique. Il s’agit de Denis Lavoie, maire de Chambly.

    « Penses-tu que le maire d’une ville de 30 000 [habitants] va être tributaire tabarnak de ce que vous pensez? », crie l’élu, qui est aussi avocat et ex-policier.

    Tu la veux-tu la guerre? Tu la veux-tu? Osti, je te le dis : la veux-tu?

    Denis Lavoie, maire de Chambly

    Dans un langage cru, blasphématoire et sans équivoque, Denis Lavoie exige le congédiement de l’entraîneur en invoquant son titre de maire. « Il va être escorté avec les services policiers. Le maire vient de te parler. »

    Ce qu’il ne sait pas, c’est que la conversation – qui s’est déroulée en 2015 – est enregistrée. En voici cinq extraits.

    « Les Hells m’ont affronté. Ils ont crissé leur camp. Te rends-tu compte qu'ils étaient plus dangereux que toi? », lui lance Denis Lavoie, en colère, en faisant référence à son intervention pour chasser un groupe de motards d’un local de la ville.

    Dans la conversation qui dure un peu plus de 10 minutes, le maire soutient que l’entraîneur et le club de soccer ont « attaqué le pouvoir politique ».

    « Vous parlez au maire d’une ville de 30 000 [habitants]. Quand je parle, 30 000 personnes parlent », affirme-t-il pour mettre de la pression sur le responsable du club de soccer.

    Finalement, l’Arsenal de Chambly trouve un prétexte pour congédier l’entraîneur dans les jours suivants. Contacté par Enquête, ce dernier prétend n’avoir jamais lancé de gilet au visage de la fille du maire et souligne n’avoir rien à se reprocher. Il n’a pas souhaité prendre la parole publiquement, redoutant des représailles.

    « Manque de classe flagrant »

    Impliqué dans le sport amateur depuis 30 ans, Benoît Girard n’en revient toujours pas des propos de Denis Lavoie qu’il qualifie de « manque de classe flagrant ».

    Je n’ai jamais vu ça, un maire se servir de son pouvoir politique de cette façon.

    Benoît Girard

    Après trois ans de réflexion, Benoît Girard a décidé de transmettre la bande sonore à Enquête afin de dénoncer ce comportement.

    « Ça s’appelle de l’abus d’autorité », estime l’ex-ministre des Affaires municipales du Québec Rémy Trudel, qui enseigne aujourd’hui l’éthique et la gouvernance des organisations publiques à l’École nationale d’administration publique. Il considère que le maire a utilisé son autorité pour « intervenir de façon autoritaire » hors de son champ de compétences.

    De son côté, le maire de Chambly a refusé d’accorder une entrevue à Radio-Canada, blâmant l’ensemble de la démarche journalistique d’Enquête. Par courriel, il affirme que c’est l’équipe de soccer qui a décidé de congédier l’entraîneur et que son rôle est de protéger les enfants.


    Écoutez l'intégralité de l’échange entre Denis Lavoie et Benoît Girard (10 minutes)

    La transcription des échanges est ici.


    Pendant ce temps, à l’hôtel de ville

    De nombreux employés actuels et passés interrogés par Radio-Canada mentionnent des tensions à l’hôtel de ville, un climat de travail malsain, voire toxique. Certains évoquent aussi des colères du maire.

    René Gauvreau, qui a travaillé aux services des finances de la Ville pendant 8 ans, a quitté ses fonctions en 2015 en raison du climat de travail. « Je rentre le matin au bureau, j’ai des maux de tête, j’ai mal au coeur. Je me dis : “Je ne peux pas continuer à oeuvrer dans ce milieu-là” », dit-il.

    Claire Adam a travaillé comme secrétaire pour la Ville de Chambly de 1991 à 2016. Pendant trois ans, son bureau était sous celui du maire Denis Lavoie.

    Souvent on l’entendait crier, piocher. C’était insupportable. J’ai vu des personnes sortir du bureau en pleurant, démolies complètement.

    Claire Adam
    Claire Adam devant un ordinateurAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    Claire Adam en poste à la Ville de Chambly

    Photo : Courtoisie

    Plusieurs membres et ex-membres du personnel de la Ville affirment avoir été victimes d’intimidation de la part du maire. Parce qu’ils craignent des représailles, Radio-Canada a accepté de protéger leur identité.

    « C’est très sournois. Le maire fait souvent référence à d’autres personnes qu’il a réussi à congédier pour montrer que tu pourrais subir le même sort », affirme l’un d’entre eux.

    Le harcèlement est sous forme de menace. Si tu ne mènes pas à terme ton dossier, il nous dit : “Ta tête va rouler”.

    Source confidentielle

    Le maire Lavoie se défend de toutes les allégations d’intimidation à son endroit. Par courriel, il affirme accorder une « très grande importance à l’instauration d’un climat de travail positif ».

    « Il peut certainement s’être produit que parfois, j’intervienne avec vigueur, insistance et leadership pour corriger des lacunes ou encore, faire avancer des dossiers auprès de cadres, mais toujours dans l’objectif de mieux servir les citoyens et jamais par comportement caractériel gratuit, abus de pouvoir ou pure méchanceté », écrit-il, ajoutant qu’il n’y a jamais eu de plainte à son égard pour cause de comportement abusif.

    Si les employés ne se plaignent pas, c’est parce qu’ils ont peur des conséquences, croit René Gauvreau, ex-cadre de la Ville. Ils redoutent, selon lui, les mises en demeure et les poursuites. « Cette peur-là existe encore, même si on quitte ce milieu-là », dit-il.

    Écrivez-nous

    Pour nous transmettre de l'information, contactez notre journaliste : marie-france.belanger@radio-canada.ca (Nouvelle fenêtre)

    Une proximité qui soulève des questions

    Les liens étroits entre le maire et sa directrice générale adjointe, Annie Nepton, créent un malaise chez plusieurs employés municipaux. En plus d’être directrice générale adjointe, Mme Nepton est trésorière et responsable des ressources humaines.

    Denis Lavoie et Annie Nepton assis côte-à-côteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    Le maire de Chambly, Denis Lavoie, et la directrice générale adjointe Annie Nepton

    Photo : Journal de Chambly

    « Comment voulez-vous que les employés dénoncent une situation si la mairie et la direction générale, les finances et les ressources humaines sont sous l’autorité d’un couple? », explique un témoin.

    Denis Lavoie et Annie Nepton ont été vus ensemble à l’extérieur des heures de travail à maintes reprises.

    « Annie Nepton et Denis Lavoie, c’est la même personne. Je ne peux pas dénoncer l’un à l’autre, ils soupent ensemble le soir », affirme un autre témoin, qui estime que le patron de Mme Nepton, le directeur général de Chambly, a un rôle accessoire.

    Michel Larose, directeur général de la Ville, n’a que de bons mots pour le maire qu’il qualifie de « mentor ». « De continuer à prétendre qu’il y a un climat malsain et de terreur, cela est du harcèlement envers la Ville de Chambly », mentionne-t-il. Il affirme par ailleurs que sa porte est toujours ouverte.

    Mme Nepton dit pour sa part que le climat à l’hôtel de ville est stimulant et que le service des ressources humaines est ouvert aux employés. Il n’y a aucune plainte de quelque nature que ce soit, ajoute-t-elle dans un courriel envoyé à Radio-Canada.

    Quant au maire, il insiste sur les nombreux recours qui sont à la disposition des employés qui voudraient se plaindre.

    Interrogés sur la nature de leur relation, Denis Lavoie et Annie Nepton invoquent le respect à la vie privée.

    Aucune obligation légale, éthique ou autre ne m’oblige à faire état d’une quelconque relation avec une employée de la Ville.

    Denis Lavoie, maire de Chambly

    Le maire ajoute avoir demandé l’opinion d’un avocat à ce sujet.

    L’an passé, dans une cause où il était appelé à témoigner devant le Tribunal administratif du travail, M. Lavoie a déclaré sous serment ne pas être en couple avec Annie Nepton, qu’il avait décrite comme une amie proche.

    Pour l’ancien ministre des Affaires municipales, Rémy Trudel, il y a « apparence de conflit d’intérêts », ce qui est aussi grave que le conflit d’intérêts.

    « La vie privée s’arrête là où elle commence à nuire à votre fonction publique », estime pour sa part le professeur d’éthique de l’Université de Sherbrooke, André Lacroix.

    Des citoyens prennent la parole

    À l’approche des élections municipales de 2017, les débats s'enflamment sur le groupe Facebook Le vrai Chamblyen, une sorte de perron d’église des temps modernes avec ses quelque 8000 membres.

    L’élément déclencheur : une image du maire et d’Annie Nepton qui assistent ensemble à un repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec dans les Maritimes.

    « Les gens se sont mis à se poser des questions sur la relation entre ces deux personnes », explique Marie-Ève Jomphe-Bourdages, qui a mis sur pied cette page qu’elle gère avec son amie Céline Faucher.

    Céline Faucher et Marie-Ève Jomphe-Bourdages devant un ordinareur
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    Céline Faucher et Marie-Ève Jomphe-Bourdages

    Photo : Courtoisie

    À la suite de cette publication, un cabinet d’avocats qui représente régulièrement la Ville leur demande de retirer la photo, au nom de Denis Lavoie et d’Annie Nepton, invoquant la vie privée. Elles refusent de le faire, puisque ces images avaient déjà été diffusées par TVA Sports.

    En avril dernier, la Ville a adopté une résolution mandatant ce même bureau d’avocats de prendre « toutes les actions nécessaires afin de protéger l’honneur et la réputation de la Ville, de son maire et de ses représentants ».

    Au moins trois citoyens, qui s’étaient exprimés sur la page Le vrai Chamblyen, reçoivent alors des mises en demeure, tout comme les administratrices. La Ville demande à ces dernières d’exclure du groupe Facebook les citoyens visés, ce qu’elles refusent de faire. « On ne commencera pas à devenir la main droite du bureau de la Ville », affirme Marie-Ève Jomphe-Bourdages.

    Des conseillers appuient le maire

    Six des huit conseillers municipaux appuient le maire. « Nous souhaitons exprimer notre soutien entier, complet et solidaire envers le maire Denis Lavoie », écrit le conseiller Jean Roy au nom de ses collègues d’Action Chambly dans une déclaration envoyée à Enquête.

    Ce sont eux qui ont adopté la résolution au sujet de l’envoi de mises en demeure par la Ville aux citoyens.

    Nous assumons pleinement l'envoi de mises en demeure à quelques citoyens qui ont dépassé les bornes en matière de civisme, de politesse et de respect des élus.

    Jean Roy, conseiller

    Seuls les deux conseillers de l’opposition se sont dit en désaccord avec la judiciarisation des relations entre la Ville et des citoyens. « C’est comme de tenter de tuer une mouche avec un canon », explique Mario Lambert.

    Des manifestantes dénoncent les mises en demeure et les poursuites en diffamation envoyées par la municipalité ou son maire.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    Francine Guay (ex-conseillère d’opposition), Alexandra Labbé (conseillère d’opposition) et Dominique Béland (citoyenne poursuivie par la Ville) lors d’une marche pour la liberté d’expression, en septembre 2018.

    Photo : Radio-Canada / Marie-France Bélanger

    Pour le professeur de droit Pierre Trudel, ardent défenseur de la liberté d’expression, l’utilisation de mises en demeure dans ce contexte est une procédure discutable.

    Quand une partie se sert des fonds publics pour faire taire ses concitoyens, on est pas mal proche de procédés qu’on retrouve dans les États dictatoriaux.

    Pierre Trudel, professeur de droit

    Denis Lavoie a été élu en novembre dernier pour un quatrième mandat consécutif avec plus de 56 % des voix, son meilleur résultat depuis 2005.

    Même s’il est troublé par ce qui se passe à Chambly, l’ex-ministre des Affaires municipales du Québec Rémy Trudel se veut philosophe. « L’avenir dure longtemps. Les citoyens sont toujours présents. Tôt ou tard, il faut rendre des comptes », conclut-il.

    À VOIR

    Regardez l’émission Enquête sur le maire de Chambly, Denis Lavoie.

    Retrouvez tous les contenus de l'émission Enquête

    Politique