•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La majorité des Québécois d'accord pour ralentir l'immigration

Une dizaine de personnes joignent leurs mains.
Les Québécois semblent se rendre à l'argument que la province n'est pas capable d'intégrer convenablement tous les immigrants qu'elle reçoit. Photo: Getty Images
Radio-Canada

L'argument de François Legault voulant que la province ne soit pas capable d'intégrer 50 000 immigrants par année a trouvé de nombreux preneurs chez les Québécois, indique un coup de sonde que la firme CROP a réalisé pour le compte de Radio-Canada.

Un texte de Bernard Barbeau

Les deux tiers des répondants sont d’accord à la fois avec le projet de réduire à 40 000 personnes le seuil d’immigration annuel de la province et avec l'affirmation que celle-ci n'est tout simplement pas en mesure d'intégrer convenablement tous ceux qui viennent s'y installer.

Le débat public des derniers mois « nous a convaincus qu’on n’accueillait pas comme il faut ces immigrants-là, qu’on ne savait pas bien les intégrer », estime Alain Giguère, président de CROP.

Il suffit qu’il y ait une histoire dans les médias comme quoi il y a eu un accommodement qu’on jugerait déraisonnable et, là, il y a toute une histoire qui part là-dessus et qui donne l’impression à la population qu'on ne sait pas bien intégrer ces gens-là.

Alain Giguère, président de CROP

Mais il a l'impression que personne ne sait véritablement si les immigrants sont bien intégrés ou pas.

Michel Seymour, professeur de philosophie à l’Université de Montréal, considère qu'il y a néanmoins lieu de s'améliorer. « Ce qu’il faut faire, c’est améliorer l'intégration linguistique, l’intégration socio-économique et la reconnaissance des diplômes pour que les gens qu’on accueille restent chez nous », affirme-t-il.

Les avis sur la possibilité qu’une réduction du nombre d'immigrants reçus aggrave la pénurie de main-d’œuvre à laquelle le Québec est confronté sont partagés en parts quasiment égales.

Parmi les questions soulevées dans le sondage, c'est celle qui divise le plus les répondants.

En campagne électorale, l'ex-premier ministre Philippe Couillard, alors chef libéral, avait estimé qu'une diminution des seuils serait « une erreur grave », qu'elle allait donner l'impression que le Québec est « un endroit où l’on n’est pas accueillant et où l’on ferme les portes » et qu'elle allait en « limiter le développement économique à long terme ».

Il n’est pas étonnant que le point de vue du Parti libéral ait moins passé : le Parti libéral était moins populaire et donc moins crédible [pour l'électeur].

Alain Giguère, président de CROP

Selon M. Seymour, « les Québécois ont au fond une inquiétude eu égard à l'immigration et à leur propre identité ».

Je crois qu’il faut être sensible au malaise identitaire des Québécois, non pas en faisant des interdits de signes religieux ou des réductions du taux d’immigration, mais en fixant les règles du vivre-ensemble.

Michel Seymour, professeur de philosophie à l’Université de Montréal

La solution à la pénurie de main-d'oeuvre?

Depuis 2004, le taux de postes vacants a pratiquement doublé au Québec, passant de 2 % à 3,9 %, selon les chiffres de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, ce qui en fait la province la plus touchée par la pénurie, au pays. La grande région de Québec, l'Abitibi, la Côte-Nord et le Saguenay sont particulièrement touchés, tout comme les entreprises de moins de 50 employés.

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) a estimé que le Québec devrait désormais accueillir non pas 40 000 ou 50 000 immigrants par an pour pallier la pénurie de main-d’œuvre, mais bien 60 000.

L'immigration est souvent évoquée comme l'une des solutions à cette pénurie, qui est notamment due au vieillissement de la population, mais ce n'est pas la seule, insistent d'autres intervenants. Les mesures de rétention du personnel, comme investir dans la formation ou augmenter les salaires, de même que l’automatisation des tâches en font également partie.

« On ne peut pas dire qu’on va augmenter les quotas généraux d’immigration et que ça va régler notre problème », avait souligné Pierre Fortin, professeur de sciences économiques à l'Université du Québec à Montréal (UQAM), il y a quelques semaines, en entrevue. Selon lui, il faut plutôt miser sur l’adéquation entre les compétences des immigrants et celles requises par les entreprises.

L’enquête d’opinion a été réalisée du 14 au 19 novembre, par le biais d’un panel web, auprès des 1000 Québécois de 18 ans et plus, un échantillon non probabiliste. Les résultats ont été pondérés en fonction du genre, de l’âge, de la région, de la langue maternelle et du degré de scolarité des répondants.

Politique provinciale

Politique