•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prince héritier aurait demandé de « faire taire » Khashoggi

Plan rapproché de Mohammed ben Salmane.

Le prince héritier Mohammed ben Salmane, lors d'une conférence organisée par le fonds souverain saoudien, le 23 octobre, à Riyad.

Photo : La Presse canadienne / AP/Amr Nabil

Reuters

La CIA possède un enregistrement dans lequel le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) donne ordre de « faire taire » le journaliste Jamal Khashoggi, a rapporté jeudi un journaliste turc.

Selon Abdoulkadir Selvi, journaliste au Hürriyet, la directrice de la CIA Gina Haspel a informé le mois dernier des responsables turcs qu'elle possédait cet enregistrement.

Interrogé à ce sujet, un responsable gouvernemental turc a dit ne disposer d'aucune information.

Selon les conclusions de la CIA, rapportées en fin de semaine dernière par le Washington Post, Mohammed ben Salmane a ordonné l'assassinat de Khashoggi.

Plan rapproché de Jamal Khashoggi qui parle lors d'une conférence de presse à Manama, à Bahreïn, le 1er février 2015.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jamal Khashoggi a d’abord été un proche collaborateur de la famille royale et des services de renseignement avant de devenir un critique de la politique autoritaire du prince Mohamed ben Salmane, surnommé MBS.

Photo : Associated Press / Hasan Jamali

L'Arabie saoudite a fini par reconnaître la semaine dernière que le journaliste avait été tué et démembré le 2 octobre à l'intérieur du consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, mais dément toute implication de MBS.

Dans ces conclusions, la CIA disait déjà s'appuyer sur un appel téléphonique entre le prince héritier et l'ambassadeur d'Arabie à Washington, Khalid ben Salmane.

« On parle d'un autre enregistrement », écrit Abdoulkadir Selvi. « On rapporte que le prince héritier a donné ordre de “faire taire Jamal Khashoggi au plus vite”. »

Donald Trump a estimé mardi que la CIA n'avait pas établi la responsabilité de Mohammed ben Salmane avec une certitude absolue et réaffirmé sa volonté de rester un « partenaire fiable » de l'Arabie saoudite.

International