•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La députée progressiste-conservatrice Amanda Simard explique sa position contre les compressions de Doug Ford

Une femme devant des micros.

La députée progressiste-conservatrice de Glengarry-Prescott-Russell, Amanda Simard.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

« C'est dans de telles situations que l'on réalise à quel point nos acquis sont fragiles », a déclaré jeudi la députée progressiste-conservatrice de Glengarry-Prescott-Russell, Amanda Simard, également adjointe parlementaire à la ministre déléguée aux Affaires francophones, une semaine jour pour jour après que le gouvernement de Doug Ford eut aboli le Commissariat aux services en français et mis fin au projet de création de l'Université de l'Ontario français.

Je n'ai pris connaissance des mesures que quelques minutes avant les annonces officielles [...]. Donc, j'ai dû prendre quelque temps pour étudier les propositions, parce que je ne voulais pas réagir tout de suite de façon prématurée; c'est certain que j'étais sous le choc, a raconté la députée. Je n'ai pas encore toutes les informations, mais j'en ai assez pour dire que je suis contre ces deux mesures.

La députée et adjointe parlementaire Amanda Simard a reconnu en entrevue à l'émission Les Matins d'ici qu'en défendant les francophones de son comté et de la province, elle ne faisait pas preuve de solidarité ministérielle.

Je sais que la ministre [Caroline Mulroney] est dans une position difficile. Elle reste dans sa position. Mais pour moi, je prends ce poste-là comme étant une voix, comme un espace pour d'autres décisions qui s'en viennent, a expliqué Mme Simard.

Ce n'est pas un secret que je suis une progressiste-conservatrice, je fais partie de l'aile plus progressiste sociale, mais fiscalement je suis conservatrice

Amanda Simard

Rencontre avec Doug Ford

Après l'annonce des compressions, la députée a rencontré le premier ministre Doug Ford.

J'ai demandé au premier ministre de le rencontrer et je lui ai fait part de mes inquiétudes et de mes préoccupations non seulement personnelles, mais de tout mon comté, a poursuivi Mme Simard.M. Ford m'a rencontrée, m'a écoutée.

Je ne perds pas espoir, parce que je suis sûre qu'on est du bon côté des choses

Amanda Simard

Néanmoins, de nouvelles compressions ont été annoncées mercredi. Le gouvernement Ford a retiré une subvention de 2,9 millions de dollars promise à La Nouvelle Scène, le centre de théâtre francophone d'Ottawa.

La députée organise une rencontre avec les résidents de Saint-Isidore, en Ontario, dimanche.

Je réfléchis beaucoup à ce que vont être les prochaines étapes, a-t-elle conclu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !