•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La résistance se prépare dans le Nipissing

Quelques dizaines de personnes écoutent un animateur dans un grande salle.

Une soixantaine de personnes ont assisté à la rencontre.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

Radio-Canada

Des francophones et francophiles préparent des manifestations aux quatre coins de la province le 1er décembre pour exprimer leur mécontentement au sujet des compressions dans les services en français annoncées par le gouvernement conservateur. Une soixantaine de personnes se sont réunies à North Bay, mercredi soir, pour planifier leurs activités de mobilisation qui s'inscrivent dans le mouvement de la « résistance » que parraine l'Assemblée de la francophonie.

Un texte de Mathieu Grégoire

Cette première rencontre a donné naissance au groupe Résistance Nipissing. Les participants à la rencontre ont convenu d’encourager leurs proches et amis à manifester le samedi 1er décembre devant le bureau du député de Nipissing et ministre des Finances, Vic Fedeli. Les militants espèrent rallier des gens de North Bay, d’East Ferris et de Nipissing Ouest.

Louis Pharand a accepté d’aider à organiser le rassemblement. Il y voit une façon de continuer la lutte de ceux qui, comme sa mère, se sont battus pour améliorer l’accès à l’éducation en français en Ontario.

Comme ça, moi je peux continuer à honorer les personnes du passé qui ont donné leur temps, qui se sont sacrifiées pour pouvoir maintenir une langue française en Ontario.

Louis Pharand, membre du regroupement Résistance Nipissing

Les membres du nouveau groupe se sont aussi engagés à encourager le plus de gens possible à s’inscrire au mouvement de la « résistance » lancé par l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario.

Michel Pagé discute avec un autre militant.

Michel Pagé a suggéré la création du regroupement Résistance Nipissing pour permettre aux francophones et francophiles de la grande région de North Bay de militer pour la préservation des services en français en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

Michel Pagé souligne qu'il est important que les Franco-Ontariens et leurs alliés ajoutent leurs noms à cette liste.

On est 600 000 francophones dans la province de l'Ontario, on est encore plus de francophiles. Il faut qu'on s'assure que cette liste-là représente tous ces gens-là et que le gouvernement comprenne que c'est important de représenter cette francophonie-là dans la province.

Michel Pagé, membre fondateur du regroupement Résistance Nipissing

Le groupe promet d’être bien visible dans les prochaines semaines afin de démontrer la présence des francophones dans la région. Certains ont suggéré des gestes simples comme celui de porter à la boutonnière deux petits triangles vert et blanc; s’inspirant ainsi du carré rouge qui était devenu le symbole du printemps érable au Québec en 2012.

Pour la militante Pauline Rochefort, les francophones de la région doivent aller encore plus loin en intéressant les médias anglophones à leur cause.

Souvent la population anglophone de notre région, ils ne comprennent pas [notre réalité] parce que les explications et les discussions se font dans les médias français. Alors il faut leur expliquer pourquoi les services en français sont importants pour nous.

Pauline Rochefort, membre du regroupement Résistance Nipissing

Le groupe Résistance Nipissing espère que ses efforts inciteront les conservateurs de Doug Ford à reconsidérer leurs décisions liées à la réduction des services en français dans la province.

Francophonie

Politique