•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doublage : Montréal redevient une destination incontournable, malgré une vive concurrence

Environ 650 membres de l’Union des artistes font du doublage au Québec.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le doublage va mieux au Québec, où des studios internationaux comme Disney viennent à Montréal pour y faire doubler leurs films en français. Mais l'arrivée de Netflix, d'Amazon, d'Apple et d'autres entreprises de créations de contenus télévisuels constitue un nouveau défi pour l'industrie.

Le doublage est un véritable métier pour lequel des acteurs de renom ont choisi de rester dans l’ombre, explique le comédien Benoît Brière.

C’est également un métier qui exige concentration et rigueur.

Environ 650 membres de l’Union des artistes font du doublage au Québec. En 2008, ils ont reçu un total de 8,5 millions de dollars en cachets. Ces revenus ont atteint un sommet en 2014 avant de redescendre à 9,8 millions de dollars en 2017.

Cette variation s’explique entre autres par une rude compétition de l'étranger.

Sophie Prégent, présidente de l’Union des artistesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sophie Prégent, présidente de l’Union des artistes

Photo : Radio-Canada

Sophie Prégent, présidente de l’Union des artistes, évoque « une espèce de mondialisation du doublage ».

La concurrence vient de partout : de l’Espagne, mais aussi de la Belgique, où « il y a de fort bons tarifs qui nous font mal. La France est un énorme bassin de doubleurs aussi ». Israël n’est pas en reste.

Les artistes d’ici ont accepté des baisses de 15 % à 18 % dans certains cas juste pour être une meilleure compétition mondialement.

Sophie Prégent, présidente de l’Union des artistes

Le doublage d'un film est un investissement important pour les producteurs et les charges sont importantes. En plus de rémunérer les acteurs, il faut payer les studios d'enregistrement.

Ça peut coûter entre 40 000 $ et 60 000 $ selon le film. Chaque film est différent.

Joey Galimi, président de l'Association nationale des doubleurs professionnels

Il est parfois difficile de convaincre certains producteurs d’utiliser des voix d’ici.

En 2014, le géant Netflix avait préféré la France pour la troisième saison de House of Cards.

Joey Galimi, président de l'Association nationale des doubleurs professionnelsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Joey Galimi, président de l'Association nationale des doubleurs professionnels

Photo : Radio-Canada

Joey Galimi, président de l'Association nationale des doubleurs professionnels, explique qu’on avait obtenu ces contrats par des agents à Los Angeles. « Quand Netflix France est arrivé, ils sont partis […] Là, ils commencent à nous en envoyer », rassure-t-il.

Le doublage au Québec a vécu plusieurs crises, dont celle de 1997. À cette époque, l'UDA militait pour une loi protectionniste, interdisant qu'on projette sur nos écrans les doublages réalisés en France.

Il n'y a actuellement aucune réglementation qui impose le doublage au Québec pour les films ou les séries télé.

« C’est une bataille éternelle », estime le comédien Benoit Brière.

D’après le reportage de Louis-Philippe Ouimet

Cinéma

Arts