•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une députée progressiste-conservatrice dénonce les compressions de Doug Ford

La députée debout qui parle en Chambre.

La députée progressiste-conservatrice de Glengarry–Prescott–Russell, Amanda Simard, en Chambre

Photo : Chaîne de l'Assemblée législative de l'Ontario

Radio-Canada

La députée progressiste-conservatrice de Glengarry–Prescott–Russell, Amanda Simard, a dénoncé l'abolition du Commissariat aux services en français et l'abandon du projet de l'Université de l'Ontario français, mercredi soir.

Les décisions prises la semaine dernière relatives au Commissariat et à l’université franco-ontarienne me déçoivent énormément, et je partage cette déception et frustration aujourd’hui, a écrit l’élue sur sa page Facebook en début de soirée.

En passant, j’ai lu quelque part que la députée Simard « might be upset » [peut être fâchée]. Faux. Je suis « definitely upset  » [absolument fâchée].

Extrait du message de la députée Amanda Simard

Elle raconte dans son message avoir tenté d’utiliser les voies diplomatiques pour tenter d’empêcher que le couperet ne tombe, mais en vain. Mme Simard affirme également qu’elle a eu connaissance de la décision de son chef à peine quelques minutes avant les annonces officielles.

Le bureau de Doug Ford a indiqué pour sa part que la députée Amanda Simard est une militante pour les Franco-Ontariens et nous apprécions son point de vue au sein du caucus.

La sortie de Mme Simard lui a valu une pluie de commentaires de soutien sur les réseaux sociaux. L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario a salué le courage et la détermination de Mme Simard.

Ottawa-Gatineau

Politique provinciale