•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du mentorat francophone intergénérationnel pour les enseignants d'immersion

Une femme âgée rit avec une jeune femme. Elles sont assises sur un canapé.

Les deux personnes jumelées se rencontrent autour d'activités ludiques à l'extérieur du cadre scolaire.

Photo : getty images/istockphoto / DGLimages

Radio-Canada

Un programme de jumelage offert par l'Association francophone des retraités et aînés de la Colombie-Britannique (AFRACB) permet à des enseignants d'immersion française d'obtenir du mentorat de la part d'aînés francophones en Colombie-Britannique.

Un texte de Saïda Ouchaou

Francine Legault participe au programme à titre de mentore à Comox et elle est heureuse de pouvoir aider une enseignante en français.

Elle croit que le projet de jumelage est une bonne idée et y voit même l'occasion de pratiquer son français, alors que la majorité de son activité professionnelle se fait en anglais.

Les personnes jumelées s'engagent à se rencontrer au moins cinq fois dans l'année. Le mentorat n'est pas rémunéré, mais chaque participant reçoit 100 $ pour couvrir les dépenses liées à leurs sorties.

Cette année, on va aller ensemble à la cabane à sucre à Nanaimo et on va aussi aussi voir des films francophones.

Francine Legault, mentore et aînée francophone, vallé de Comox

L'AFRACB s'occupe de trouver les enseignants et les mentors. Pour être mentor, il faut avoir 50 ans ou plus et être francophone. Dans le cas des enseignants, ils doivent travailler en immersion française ou en français langue seconde et avoir le français comme langue seconde.

Alexia Meservia est enseignante à Victoria. C'est la deuxième année qu'elle participe à ce jumelage. Elle recommande vivement le programme aux enseignants qui souhaitent élever leur niveau de français.

Je vois que ça fait une grande différence. Avec France, je peux poser des questions à propos de ma prononciation ou [de mon] vocabulaire, mais c'est une façon très relax, ce n'est pas comme consacrer du temps à un cours ou faire des devoirs.

Alexia Meservia, enseignante en immersion française, Victoria

Selon la coordonnatrice du projet à l'AFRACB, Thérèse Guillemette, le programme est un succès. En tout, 80 personnes y ont participé jusqu'à présent, ce qui se compare bien avec les autres provinces qui le proposent déjà.

Le programme de l'AFRACB a été offert en Nouvelle-Écosse, à l'Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, en Ontario et en Alberta avant de l'être en Colombie-Britannique.

Mme Guillemette indique que le programme est proposé dans plusieurs régions de la province de Vancouver à Prince-George et sur l'île de Vancouver.

Il prend fin en avril 2019. L'AFRACB souligne cependant que la Fédération des enseignants de la Colombie-Britannique (BCTF) souhaiterait entreprendre un projet similaire avec elle.

Les mentors recherchés seraient alors uniquement des enseignants d'immersion à la retraite.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Éducation