•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un grand test du système d’alerte d’urgence a eu lieu

Une personne tient un cellulaire à la main.

Le système En alerte a envoyé un message test à tous les Canadiens munis d'un téléphone compatible mercredi. Les usagers qui ne reçoivent pas le message peuvent communiquer avec leur fournisseur de téléphonie mobile pour savoir si leur appareil est compatible.

Photo : Getty Images

Radio-Canada

Des millions de Canadiens ont reçu mercredi après-midi un message d'alerte sur leur téléphone cellulaire. N'ayez crainte : il s'agissait d'un test effectué par les gestionnaires du projet En alerte pour, entre autres, conscientiser les citoyens à l'existence du système. Ce ne sont pas tous les appareils qui sont compatibles pour le moment, mais le CRTC veut que tous les téléphones vendus au Canada le soient d'ici avril 2019.

Un texte de Vincent Champagne

En mai dernier, un premier test du système En Alerte avait connu des ratés, aucun téléphone sans fil n’ayant reçu d’alerte au Québec. Le test avait aussi été quelque peu défaillant en Colombie-Britannique et en Atlantique.

Ces alertes d’urgence sont déjà diffusées à la radio et à la télévision depuis 2015. Le son est strident et désagréable : on ne peut que s’arrêter pour se demander ce qui se passe.

Depuis avril, ces mêmes sons et alertes sont aussi diffusés sur les téléphones et, mine de rien, plus d’une centaine ont été expédiés à travers le pays en quelques mois seulement, indique Martin Bélanger, directeur des services d’alertes au public chez Pelmorex, l’entreprise qui gère le système En Alerte.

Ces messages peuvent être envoyés pour toutes sortes de raisons, mais ils ont un dénominateur commun : lorsqu’une situation représente un risque pour la vie. En septembre, elles ont par exemple été envoyées aux citoyens de la région de la capitale nationale lorsque des tornades majeures ont déferlé sur la région, provoquant d’importants dommages.

Elles peuvent aussi être émises en cas d’enlèvement d’enfant – il s’agit des alertes Amber – pour des incendies incontrôlés, des risques biochimiques, des menaces terroristes ou si une crise civile devait survenir.

Mercredi, à 13 h 55 (heure locale) dans tout le Canada, mais à 14 h 55 au Québec, le message était bien inoffensif, mais il permettait à chaque citoyen de vérifier s’il est joint par le système d’alerte.

Des conditions techniques requises

Une alerte d'urgence sur un téléphone.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les fournisseurs et les manufacturiers de téléphones équiperont dès ce printemps leurs nouveaux appareils de manière à ce qu’ils reçoivent l’alerte peu importe le type de réseau cellulaire.

Photo : Radio-Canada

« Ce ne sont pas toutes les personnes qui ont un appareil sans fil qui vont recevoir une alerte », précise toutefois M. Bélanger. Il faut en effet que son téléphone « soit compatible, qu’il ait le système d’exploitation le plus récent et qu’il soit connecté au réseau LTE » auquel sont connectés 98 % des Canadiens, explique-t-il.

Le test du jour était donc l’occasion de vérifier si le message est capté par son téléphone. Les grands fournisseurs tels que Bell, Fido, Eastlink, Rogers, Telus, Videotron et autres, ont tous une page web où il est possible de vérifier si son téléphone est compatible et quelle version du système d’exploitation est requise pour en bénéficier.

Le CRTC exige que 50 % des nouveaux appareils désormais vendus au Canada soient compatibles avec En Alerte et que cette proportion atteigne 100 % d’ici avril 2019.

Un appareil qui ne serait connecté qu’au seul réseau wi-fi ne recevra pas d’alerte, indique M. Bélanger.

Les responsables précisent qu'il faut agir avec prudence si l'on reçoit une alerte pendant que l'on conduit. Il est interdit de tenir un téléphone à la main lorsque l'on est au volant. « Rangez-vous sur l’accotement dès que vous le pouvez pour prendre connaissance de l’alerte », précise le site web d'En alerte.

Un processus en trois étapes

C’est le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) qui impose aux télés et radiodiffuseurs ainsi qu’aux fournisseurs de services sans fil de distribuer ces alertes aux citoyens. On ne peut d’ailleurs pas s’en désabonner.

C’est toutefois une des multiples autorités gouvernementales qui émet une alerte. Par exemple, Environnement et Changement climatique Canada peut décider d’alerter des résidents d’une région donnée de l’imminence d’une tornade ou d’une autre catastrophe naturelle. Elle rentre dans le système le type d’alerte, la zone d’expédition et le message à transmettre aux citoyens.

L’entreprise Pelmorex, qui est aussi derrière la chaîne Météomédia, reçoit l’alerte, la traite en quelques secondes afin de vérifier sa conformité technique, puis la réexpédie aux diffuseurs un peu partout au pays.

Une fois réceptionnée, l’alerte est diffusée par les radios, les télévisions, les câblodistributeurs et fournisseurs de services internet à leurs abonnés. Il n’est pas nécessaire de s’inscrire au service : les alertes sont expédiées à tous les appareils compatibles.

S’il est utile et peut sauver des vies, il reste que le système d’alerte n’est pas à l’abri d’erreurs. En janvier, les Hawaïens l’ont appris à leurs dépens, lorsqu’un message les avisant faussement de l’arrivée imminente de missiles a semé la panique dans l’île.

Plusieurs systèmes et « procédures » devraient empêcher une telle erreur au Canada, affirme Martin Bélanger.

Télécommunications

Société