•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Montréal embauche une proportion croissante de membres des minorités

Des pompiers tentent d'éteindre un feu.

Entre octobre 2017 et septembre 2018, 9,3 % des pompiers embauchés à Montréal appartenaient à une minorité visible ou ethnique.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Radio-Canada
Mis à jour le 

Les personnes issues de minorités visibles et ethniques représentent une part croissante des nouveaux employés de la Ville de Montréal, selon des données présentées mercredi par le service des ressources humaines à la Commission sur les finances et l'administration.

Un texte d'Isabelle Montpetit

La Ville a recruté 794 membres de ces minorités entre octobre 2017 et septembre 2018, soit 30,8 % des 2577 personnes embauchées pendant cette période. En 2017, la proportion était de 28 %.

L'augmentation s’observe dans un éventail de catégories d’emplois. Cela s'explique par un changement de stratégie pour le recrutement, a indiqué Diane Bouchard, directrice du service des ressources humaines.

« On avait donné des objectifs à nos recruteurs de traiter de façon prioritaire des candidatures issues des groupes visés et de jouer un rôle-conseil plus actif auprès des gestionnaires qui embauchent. [...] Dans la majorité des catégories d'emploi, notre pourcentage d'embauche [de minorités] a grandement augmenté », a expliqué Mme Bouchard.

Lors de l'embauche de nouveaux pompiers en 2018, le Service de sécurité incendies de Montréal (SIM) est celui qui a fait le plus de progrès par rapport à l’objectif de « favoriser une juste représentativité de la diversité de la population active dans toutes les catégories d’emplois de la Ville ».

Certes, la proportion de pompiers embauchés qui faisaient partie d'une minorité a triplé, mais en nombre absolu, seulement cinq pompiers issus de ces groupes ont été embauchés en 2018. Et ce nombre ne correspond qu'à 9,3 % des embauches, soit le taux le plus faible de toutes les catégories d'emploi pour lesquelles les service des ressources humaines a présenté des données.

Chez les cols bleus, les professionnels généraux, les professionnels scientifiques et les brigadiers scolaires, l'augmentation par rapport à 2017 frôle, voire dépasse 10 points de pourcentage.

Mais chez les cols blancs, on constate une légère diminution, soit d’environ un point de pourcentage. Il s'agit toutefois de la catégorie d'emplois dans laquelle on a recruté le plus grand nombre de personnes en 2018, dont 519 membres des minorités.

Sur Twitter, la mairesse Valérie Plante se dit « très fière des avancées notables » en matière d'embauche des minorités. « Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour assurer une pleine représentation au sein des forces de la Ville, mais ces chiffres démontrent que, quand on veut, on peut! », poursuit-elle.

Au total, en 2017, 19,1 % de tous les employés de la Ville de Montréal faisaient partie d'une minorité visible ou ethnique, ou étaient autochtones.

La Ville de Montréal a un programme d'accès à l'égalité qui vise notamment à augmenter l’embauche et les promotions des femmes, des personnes handicapées, des Autochtones, des minorités visibles et des minorités ethniques.

Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Politique municipale