•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Découverte à Québec d'un document signé par Frontenac

Le devis de construction de la redoute du Cap date de 1693.
Le devis de construction de la redoute du Cap date de 1693. Photo: Radio-Canada/Jean-François Nadeau
Radio-Canada

La découverte de la palissade de Beaucours (Nouvelle fenêtre), dans les dernières semaines à Québec, a piqué la curiosité de nombreux scientifiques et historiens. En s'intéressant à la construction au 17e siècle du premier rempart de Québec, ils ont mis la main sur un document signé par le célèbre gouverneur Frontenac.

Un texte de Jean-François Nadeau

« C'est sûr que c'est un moment assez émouvant. On ne trouve pas souvent des documents comme ça. La signature de Frontenac, je ne m'attends pas à la retrouver à beaucoup d'autres occasions dans ma vie », raconte Charles-André Téotonio, l'archiviste du monastère des Ursulines qui a fait la découverte dans les archives de la congrégation religieuse.

Les documents originaux datent de 1693 et sont signés entre autres de la main de Frontenac, de l'ingénieur de la Nouvelle-France, Josué Dubois Berthelot de Beaucours et de Jean Bochart de Champigny, intendant de la Nouvelle-France.

Voyez le document inédit signé par la main de Frontenac

Les documents ont été transmis au ministère de la Culture et à l'archéologue Jean-Yves Pintal, qui était responsable du site archéologique de la palissade.

Ils devraient procurer des informations intéressantes aux archéologues et historiens sur les méthodes de construction de l'époque.

« C'est un document historique d'une grande valeur. Il y a beaucoup de détails là-dedans. Il y a des éléments qui vont pouvoir nous servir pour l'interprétation de la construction du rempart », affirme Jean-Yves Pintal.

Josué Dubois Berthelot de Beaucours y décrit en détail la redoute qu'il souhaite construire sur le site qui se trouve aujourd'hui sur les terrains de la Citadelle de Québec.

« Beaucours décrit concrètement ce qu'il veut faire. La longueur de chaque mur, l'épaisseur, la largeur, les matériaux, la provenance même de certaines pierres. Il mentionne qu'il veut des pierres de Beauport », illustre Charles-André Téotonio.

Beaucours écrit qu'il souhaite que la redoute soit construite avec des pierres de Beauport.Beaucours écrit qu'il souhaite que la redoute soit construite avec des pierres de Beauport. Photo : Radio-Canada/Jean-François Nadeau

La redoute du Cap était un complément au système de défense de la ville, dont faisait aussi partie la palissade découverte sur la rue Sainte-Ursule. Elle permettait de mieux protéger d'éventuelles attaques en provenance du fleuve Saint-Laurent.

« Ça lui permettait de compenser un peu le fait que son rempart n'englobait pas toutes les hauteurs de Québec. Donc, c'est vraiment un élément défensif sur lequel on retrouve des canons, qui peut ralentir l'arrivée des troupes », explique Jean-Yves Pintal.

La redoute du Cap fait aujourd'hui partie de la Citadelle de Québec.La redoute du Cap fait aujourd'hui partie de la Citadelle de Québec. Photo : Radio-Canada

Documents inusités pour les Ursulines

Les archives des Ursulines regroupent normalement des documents qui touchent directement l'histoire de la congrégation religieuse. Les documents notariés comme ce devis technique se trouvent habituellement aux Archives nationales du Québec.

Sa présence dans les archives des Ursulines soulève des questions.

« Ma théorie, c'est que, et ça c'est un fait, les Ursulines ont été expropriées d'une grande partie de leurs terres pour faire passer la palissade de Beaucours. Est-ce que c'est ici parce que ça servait de pièce justificative? Est-ce que c'était pour accompagner cette expropriation-là? » se questionne l'archiviste Charles-André Téotonio.

D'autres scientifiques ont également contacté Jean-Yves Pintal après l'annonce de la découverte de la palissade de Beaucours. Un géohistorien a notamment fourni la liste de tous les occupants du terrain depuis les débuts de la Nouvelle-France.

Vestiges de la palissade de Beaucours Vestiges de la palissade de Beaucours Photo : Radio-Canada

« On a pu superposer tous les vestiges qu'on avait trouvés, outre le rempart. Par-dessus le rempart, il y avait plusieurs maisons, des citernes. C'était un milieu humide, donc les gens avaient des citernes d'eau en bois. Ils avaient des problèmes d'eau dans leurs maisons. On trouve des drains de tous bords, tous côtés », illustre l'archéologue.

Le Centre d'études nordiques de l'Université Laval s'intéresse également au site de la palissade de Beaucours. Des chercheurs vont analyser des échantillons de bois et de terre remis par les archéologues dans un but précis.

« Dater exactement l'âge du bois, son essence, quel type de bois était utilisé. On a fait un prélèvement aussi du sol, le gros sol noir dans lequel les pièces étaient enfoncées. Ça devrait nous permettre de reconstituer toute l'évolution de la végétation à Québec depuis peut-être le retrait des glaciers », mentionne Jean-Yves Pintal.

La découverte d'une palissade de 325 ans va donc peut-être nous apporter des connaissances sur la flore d'il y a 12 000 ans.

Archéologie

Société