•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un regroupement d'organismes claque la porte de la Fédération des femmes du Québec

Une jeune prostituée de la rue.
Le 28 octobre dernier, le conseil d'administration de la FFQ a adopté une résolution stipulant que la prostitution peut être un travail pour les femmes qui consentent à s'y adonner. Photo: La Presse canadienne / Presse canadienne/Jonathan Hayward

L'adoption d'une résolution par la Fédération des femmes du Québec (FFQ), il y a moins d'un mois, qui assimile la prostitution à un travail, crée de telles divisions que la Concertation des luttes contre l'exploitation sexuelle (CLES) se retire de l'organisation. La CLES, qui compte une cinquantaine de groupes membres et 200 membres individuels, reproche à la FFQ d'abandonner les femmes les plus marginalisées.

La prostitution « n'est pas un travail comme un autre », affirment les membres de la CLES, qui regroupe une cinquantaine d'organismes venant en aide aux femmes qui ont eu ou qui ont un lien avec l'industrie du sexe. L'organisme, basé à Montréal, existe depuis 2005.

La CLES a annoncé qu'elle se dissociait de la FFQ à la suite de l'adoption, le 28 octobre dernier, d'une résolution controversée selon laquelle la prostitution peut être un travail pour les femmes qui consentent à s'y adonner.

Par sa résolution, adoptée en assemblée générale extraordinaire, la FFQ affirme ne pas être « pour ou contre » la prostitution, mais entend plutôt reconnaître les droits et les expériences des femmes qui font ce travail par choix. « Beaucoup de femmes sont venues témoigner au cours des années que, pour elles, c'était un choix dans leur vie de faire partie de l'industrie du sexe », a déclaré le 5 novembre dernier la présidente de la FFQ, Gabrielle Bouchard, à l'émission 24/60.

Aux yeux de la FFQ, il est important de « soutenir les femmes, peu importe leurs choix et sans les juger », avait ajouté Mme Bouchard.

Une précédente version de ce texte titrait que 50 groupes claquaient la porte de la Fédération des femmes du Québec. Dans les faits, la CLES compte une cinquantaine de groupes membres, dont certains ne sont pas, ou ne sont plus membres de la FFQ.

Mais pour les membres de la CLES, cette position est « incompatible » avec leur mission, qui consiste à « contrer l’exploitation sexuelle », à « prévenir l’entrée des femmes dans la prostitution » et à « soutenir celles qui souhaitent en sortir ou en sont sorties ».

Il est tout particulièrement inacceptable que, dans le préambule de sa proposition, la FFQ déclare que les femmes dans l’industrie du sexe considèrent leurs pratiques comme un travail, une affirmation qui ne tient compte ni des femmes qui sont piégées dans l’industrie du sexe ni des survivantes.

Diane Matte, fondatrice de la CLES

Certes, les femmes font des choix, reconnaissent les membres de la CLES, mais elles le font dans des contextes « de survie, de manipulation affective, de nécessité financière, de contrainte, etc. – qui ne peuvent être balayés du revers de la main ».

« Ne pas tenir compte de ces contextes équivaut à abandonner les femmes les plus marginalisées en les renvoyant à leurs choix individuels [...] », selon Jennie-Laure Sully, organisatrice communautaire à la CLES.

« Même celles qui disent le faire par choix ne sont pas à l'abri de la violence », affirment encore les membres de la CLES, qui reprochent aux membres du conseil d'administration de la FFQ d'avoir élaboré entre elles la résolution et d'avoir fait fi des membres qui s'opposent à cette vision.

« Mettre des bâtons dans les roues de l'industrie du sexe »

« Ce n'est pas anodin ce qui se passe présentement à la FFQ », a lancé Diane Matte, mercredi, lors d'une conférence de presse. Mme Matte a été coordonnatrice de la marche des femmes contre la pauvreté en 1995, baptisée Du pain et des roses, de même que de la Marche mondiale des femmes. Elle s'est impliquée au sein de la FFQ au cours des trois dernières décennies.

« Nous croyons qu'il faut mettre fin et mettre des bâtons dans les roues à l'industrie du sexe », affirme-t-elle en s'insurgeant contre « le lobby international » qui prône de décriminaliser totalement la prostitution et de la considérer comme un travail.

« Qui profite de la prostitution des femmes? », demande l'organisatrice communautaire, qui ajoute que cette question est éludée dans le débat sur la possibilité que la prostitution puisse être un choix, un travail.

Des femmes plus à risques de violence et d'oppression

Si on regarde sur la planète entière, les femmes qui sont prostituées et "prostituables", ce sont en général des femmes à la peau brune.

Diane Matte, de la CLES

« Les femmes pauvres, les femmes itinérantes, les femmes qui ont un statut migratoire précaire, les femmes noires » sont celles qui sont davantage discriminées et qui subissent davantage d'oppression dans ce système de prostitution, affirme pour sa part Jennie-Laure Sully, organisatrice communautaire à la CLES.

Mme Sully cite aussi le cas de femmes autochtones, « surreprésentées dans la prostitution » et qui dans certains cas disparaissent ou sont assassinées.

Quant à la Maison d'Haïti, qui n'est plus membre de la FFQ depuis des années, elle s'oppose aussi à la résolution prise par l'organisation sur la prostitution. La directrice, Marjorie Villefranche, dit que la Maison d'Haïti se retire du comité 12 jours d'action contre les violences envers les femmes, un comité que coordonne la FFQ.

« On doit toutes les accueillir »

Une femme souriante, debout devant un mur orné d'une bande dessinée colorée.Gabrielle Bouchard, présidente de la Fédération des femmes du Québec (FFQ) dans son bureau à Montréal le 5 décembre 2017 Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

À la FFQ, la présidente Gabrielle Bouchard a réagi à la sortie de la CLES en précisant que la Fédération n'a jamais dit qu'il s'agissait d'un travail comme les autres. « Ce qu'on a dit, c'est qu'il y a des femmes qui considèrent ça comme un travail, et ce n'est pas à nous à juger [...], précise Mme Bouchard. Nous, on doit toutes les accueillir. »

« La CLES a décidé de quitter la Fédération parce qu'on a décidé de soutenir toutes les femmes, c'est navrant », a dit Gabrielle Bouchard.

Avec les informations de Myriam Fimbry

Prostitution

Société