•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement Ford retire une subvention promise à La Nouvelle Scène

De nouvelles compressions du gouvernement Ford
Radio-Canada

La Nouvelle Scène ne recevra pas du gouvernement conservateur ontarien le montant qui devait lui permettre d'éponger sa dette. C'est un coup dur pour le centre de théâtre francophone d'Ottawa, de l'avis de plusieurs acteurs de la communauté franco-ontarienne et du milieu des arts de la scène.

Un texte de Kevin Sweet

Selon la responsable des communications à La Nouvelle Scène, Élyse Enright, le président du conseil d'administration, Jean Lalande, a eu la confirmation par téléphone que le nouveau gouvernement a retiré la subvention de 2,9 millions de dollars de son budget.

Dans la foulée des compressions du gouvernement provincial envers la francophonie ontarienne, nous ne sommes pas surpris du retrait de la promesse d'investissement envers La Nouvelle Scène Gilles-Desjardins.

Chantal Nadeau, directrice générale, La Nouvelle Scène

Nous travaillons présentement à l’élaboration d’une stratégie de financement et nous continuons à faire la promotion de la francophonie par l’entremise des arts et de la culture, indique la directrice générale de La Nouvelle Scène, Chantal Nadeau, par voie de communiqué.

L’établissement, situé sur l'avenue King Edward, à Ottawa, traîne une dette de 3 millions de dollars depuis sa réouverture en 2016 en raison d’un projet de construction.

Une promesse des libéraux

Avant l’élection du gouvernement Ford, les libéraux ontariens avaient promis d’investir 2,9 millions de dollars pour assurer la pérennité des programmes de l’organisme culturel et alléger le fardeau de la dette.

Nathalie Des Rosiers, la députée provinciale d'Ottawa-Vanier, avait annoncé l'octroi de cette enveloppe en mai dernier.

Selon elle, l'annulation de cette subvention met en péril l'existence même de La Nouvelle Scène. D'ailleurs, c'est Radio-Canada qui lui a appris la nouvelle à Queen's Park.

C'est encore un autre affront à la francophonie.

Nathalie Des Rosiers, députée provinciale d'Ottawa-Vanier
La députée provinciale d'Ottawa-Vanier, Nathalie Des RosiersLa députée provinciale d'Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers Photo : Radio-Canada / Claudine Brulé

Pour sa part, l’administration Ford jette le blâme sur les libéraux. L’administration Wynne a annoncé du financement même si elle n’avait pas entre ses mains une proposition de projet ou plan d’implantation, a écrit un porte-parole du ministre du Tourisme, de la Culture et du Sport.

Le gouvernement invite également le théâtre à soumettre une nouvelle demande de financement plus détaillée pour assurer que [l’administration] soit capable d’investir dans les priorités chères aux Ontariens et que les fonds soient dépensés de façon responsable.

Un défi de taille

Le directeur artistique et codirecteur général du Théâtre du Trillium – l'une des quatre compagnies fondatrices de La Nouvelle Scène – n'est pas surpris.

C'est une longue série de gestes qui sont évidemment très dangereux pour la culture, d'abord et avant tout, affirme Pierre Antoine Lafon Simard.

Je vais vous avouer que, dans la foulée de toutes les activités, tous les gestes qui ont été posés par ce gouvernement depuis qu'il est entré en poste pour minimiser, oublier et même, je dirais, rayer des livres d'histoire la communauté francophone, si importante en Ontario [et] qui est au coeur du tissu de la société ontarienne, je n'étais pas tout à fait surpris.

Pierre Antoine Lafon Simard, directeur artistique du Théâtre du Trillium

Il se veut rassurant en affirmant que La Nouvelle Scène n'est pas sur le point de fermer et que les quatre compagnies qui sont hébergées à l'intérieur de l'immeuble ne se laisseront pas abattre.

La directrice générale de l'Association des théâtres francophones du Canada (ATFC), Geneviève Pineault, déplore d'ailleurs l'incidence que pourrait avoir cette nouvelle sur les créateurs en question.

Geneviève Pineault dans les studios de Radio-Canada à SudburyGeneviève Pineault est la nouvelle directrice générale de l’Association des théâtres francophones du Canada (ATFC). Photo : Radio-Canada / Mathieu Allard

Maintenant, cette nouvelle fait en sorte qu'une bonne partie de leurs énergies va être investie à appuyer La Nouvelle Scène dans ses démarches pour relever ce défi, plutôt que de s'investir dans la création, dit Mme Pineault, jointe à Banff.

N'oublions pas que des lieux comme La Nouvelle Scène, dans nos communautés de la francophonie canadienne, [...] servent [souvent] de lieux de rassemblement. Ce sont des lieux qui sont des catalyseurs dans une communauté.

Geneviève Pineault, directrice générale, Association des théâtres francophones du Canada (ATFC)

Quid du projet du MIFO à Orléans?

Les dirigeants du Mouvement d'implication francophone d'Orléans (MIFO) sont aussi en attente d'un financement de la province (4,2 millions de dollars), promis par les libéraux au mois d'avril.

L'argent servirait à la construction d'un nouveau bâtiment de 14 millions de dollars. Ce dernier abriterait une galerie d'art et des locaux insonorisés pour offrir des cours de musique. La bâtisse actuelle date de 1985.

Jointe au téléphone, la directrice générale du MIFO, Marie-Claude Doucet, dit que le dossier est actuellement au ministère de l'Infrastructure de l'Ontario. Elle ajoute qu'elle continue d'espérer un dénouement heureux pour ce projet.

La directrice générale du Mouvement d'implication francophone d'Orléans (MIFO), Marie-Claude Doucet.est assise sur la droite de l'image.La directrice générale du Mouvement d'implication francophone d'Orléans (MIFO), Marie-Claude Doucet Photo : Radio-Canada / Lévy Marquis

Ottawa-Gatineau

Théâtre