•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus du quart des Québécois n'ont pas d'opinion sur le troisième lien

On voit les deux ponts avec le fleuve St-Laurent gelé.
Les ponts de Québec et Pierre-Laporte. Photo: Radio-Canada / Pascale Lacombe

Malgré la présence marquée du dossier du troisième lien dans la dernière campagne électorale et la promesse d'importants investissements publics par la Coalition avenir Québec, plus du quart des Québécois n'avaient pas d'opinion sur le sujet au lendemain des élections.

Un texte de Jonathan Lavoie

« Il y a près de 30 % des gens qui n’ont pas d’avis sur le sujet, ce qui peut paraître un peu étonnant parce qu’on en a parlé beaucoup », commente Charles Breton, directeur de la recherche chez Vox Pop Labs et auteur d'une vaste étude postélectorale.

C'est d'autant plus surprenant selon lui parce que la construction d'un lien routier entre Québec et Lévis coûtera plusieurs milliards de dollars en fonds publics.

« C’est un enjeu qui est régional, mais au final, c’est un enjeu où il va y avoir beaucoup d’argent investi, ce n’est pas un petit projet donc ça m’étonne. »

Dans les jours qui ont suivi les élections du 1er octobre, Vox Pop Labs a demandé à plus de 8000 personnes si elles approuvaient la construction d’un troisième lien routier, un pont ou un tunnel, dans la région de Québec.

À l’échelle du Québec, les opinions sont partagées, avec une légère tendance en faveur du projet.

Appuis par régions et circonscriptions

Plus on se rapproche de la grande région de Québec, plus les répondants ont une idée claire sur ce projet qui fait la manchette régulièrement depuis des mois.

Le troisième lien récolte une majorité d’appuis en Chaudière-Appalaches et dans la Capitale-Nationale. Moins de 5 % des répondants ne prennent pas position. L’appui au projet s’étend aussi dans les régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie.

À l’échelle des circonscriptions, les résultats sont plus tranchés. Les répondants de Taschereau et Vanier-Les Rivières sont largement opposés au troisième lien.

Plus on s’éloigne du centre toutefois, plus les appuis sont forts. Ils dépassent 70 % dans le nord de la couronne de Québec et 80 % sur la Rive-Sud, dans Lévis et Bellechasse.

Il y a une opposition très claire au centre de Québec [et un] appui clair, sans équivoque, dans Lévis et Bellechasse.

Charles Breton, directeur de la recherche chez Vox Pop Labs

Appuis selon l’allégeance politique

Enfin, l’étude de Vox Pop Labs a aussi mesuré l’appui au troisième lien selon l’allégeance politique des répondants.

Sans surprise, une majorité (54 %) des électeurs de la CAQ sont en faveur et la tendance s’inverse du côté de Québec solidaire, avec une majorité (57 %) de leurs électeurs qui s’y opposent.

Les partisans du Parti libéral sont les plus indécis, dans une proportion de 38 %.

Méthodologie

Les informations sur le comportement des électeurs proviennent d’un panel de 8223 répondants. Les réponses ont été colligées par Vox Pop Labs entre le 10 et le 25 octobre, puis pondérées pour être représentatives de la population québécoise. Aux fins de comparaison, un échantillon probabiliste de 8223 répondants aurait une marge d'erreur de 1,1 point de pourcentage 19 fois sur 20. Pour les résultats par circonscription, la marge d’erreur est plus grande et les pourcentages peuvent varier de 7 à 15 points.

Québec

Infrastructures