•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Legault défend l'idée que des travailleurs ontariens viennent construire des barrages au Québec

François Legault dans une mêlée de presse.
Le premier ministre du Québec François Legault, interrogé par des journalistes, mercredi, à l'Assemblée nationale. Photo: Radio-Canada

Le premier ministre du Québec François Legault défend l'idée d'offrir des emplois à des travailleurs de la construction de l'Ontario, advenant que de nouveaux barrages hydro-électriques destinés à alimenter cette province soient construits au cours des prochaines années.

Cette idée, avancée lundi par M. Legault au terme de sa rencontre avec son homologue ontarien Doug Ford, a été mal accueillie par la FTQ-Construction, qui représente de nombreux employés du secteur, et un de ses représentants syndicaux sur la Côte-Nord, Bernard Gauthier.

Pressé de questions par des journalistes à l’Assemblée nationale, M. Legault a expliqué que cette offre vise à convaincre le gouvernement Ford d’acheter de l’hydro-électricité du Québec plutôt que de rénover des centrales nucléaires de l’Ontario, ce qui coûterait quelque 20 milliards de dollars.

« Ce qui fait hésiter ou ce qui fait reculer l’Ontario, c’est qu’en rénovant des centrales nucléaires, ils vont créer beaucoup d’emplois en Ontario », a-t-il résumé.

« Ce serait, comme on dit en anglais, un win-win si on arrivait à faire une entente avec l’Ontario pour qu’au lieu de rénover des centrales nucléaires, on construise des barrages au Québec, en partie avec des employés du Québec, en partie avec des employés de l’Ontario. »

Ce sont « des emplois qui, de toute façon, ne seraient pas créés si on n’avait pas d’entente avec l’Ontario », a-t-il fait valoir, tout en précisant que les discussions ne sont que « préliminaires » en ce moment.

Il y a deux possibilités : il n’y a pas de barrages et il n’y a pas d’emplois ni au Québec ni en Ontario, [ou] il y a de nouveaux barrages, on sert l’Ontario et il y a des emplois au Québec et des emplois en Ontario. Qu’est-ce que vous préférez?

François Legault, premier ministre du Québec

« On n’est pas rendu là, on est très loin de ça, parce que pour l’instant, tous les gouvernements qui se sont succédé en Ontario veulent rénover des centrales nucléaires pour créer des emplois », a cependant tempéré M. Legault.

M. Legault rappelle qu’au-delà des emplois que créerait la construction d’un nouveau barrage, les profits aboutiraient dans les coffres d’Hydro-Québec.

Écouler les surplus avant de construire d'autres barrages

Dans des entrevues accordées mardi à Radio-Canada, le président-directeur général d'Hydro-Québec, Éric Martel, a confirmé que la société d'État « pourrait » construire de nouveaux barrages, mais uniquement lorsqu'elle aura réussi à écouler les surplus d'électricité actuels.

« Cette année, on a déversé de très très grandes quantités d’eau » accumulées dans les réservoirs des barrages, a-t-il expliqué à 24/60. « On parle de 10 térawattheures (THw) environ. C’est ce qu’on va vendre au Massachusetts. [Ça] peut alimenter 1 million de maisons pour une année. »

« On est dans cette situation, et on sait qu’on a des surplus pendant plusieurs années. C'est pour ça que notre plan stratégique [...] dit : "notre priorité pour enrichir le Québec, c’est de construire des lignes pour justement exporter cette énergie et qu’on s’enrichisse collectivement. »

Gros plan d'Éric Martel. Le président-directeur général d'Hydro-Québec, Éric Martel, en entrevue à 24/60, le 20 novembre 2018. Photo : Radio-Canada

Le premier ministre Legault a lui-même souligné il y a deux semaines que cette situation de surplus risque de perdurer une vingtaine d'années.

« Lui, il parle de barrages, il voit ça encore plus loin », a ajouté M. Martel. « C’est certain que si on veut construire un nouvel ouvrage, il ne faut pas commencer quelques semaines avant : ça prend à peu près 15 à 18 ans pour construire un nouvel ouvrage à partir du moment où on décide de le faire. »

Outre le contrat d'approvisionnement du Massachusetts, qui nécessitera la construction de lignes de transmission du côté américain, la vente de plus d'électricité à l'Ontario pourrait constituer un développement « très significatif », a-t-il précisé à RDI Économie.

« On a toujours dit qu’on est capable de faire […] environ un autre projet et demi comme le Massachusetts pour écouler nos surplus, peut-être même deux au complet, selon les conditions d’utilisation », affirme le patron de la société d'État.

D’abord ce qu’on doit faire, c’est utiliser nos surplus. Mais si on s’entend, par exemple avec l’Ontario, sur un contrat de 50, 100 ans, et qu’on est partenaires, qu’on fait des choses ensemble, on pourrait se substituer à des centrales nucléaires, à d’autres façons qu’ils ont là-bas de faire de l’énergie.

Éric Martel, PDG d'Hydro-Québec

« Ce serait une question de regarder si c’est rentable pour nous et pour eux, a-t-il poursuivi. Un nouveau barrage va coûter combien? C’est une grande question. Et il y a toujours l’aspect acceptabilité sociale, environnementale. [...] Est-ce que c’est possible de faire un barrage qui va être compétitif avec les autres sources d’énergie? C’est quelque chose qu’on est en train de regarder. »

« Une des choses qui serait intéressante pour nous et pour les Ontariens, c’est que les lignes de transmission sont déjà bâties en partie. On pourrait, demain matin, leur fournir 10 TW de plus sans construire de nouvelles connexions, parce que les infrastructures sont existantes », a-t-il aussi noté.

Selon M. Martel, de nombreuses questions stratégiques devront être résolues d'ici 2021 ou 2022. « On aura une décision à prendre à long terme. Parce qu’il y a plein de choses qui vont arriver au Québec : les contrats des alumineries se terminent en 2041, le contrat avec Churchill Falls se termine en 2041 », a-t-il rappelé.

Hydro-Québec devra également considérer l’impact des changements climatiques sur ses réservoirs d’eau et celui des mesures d'efficacité énergétique sur la demande globale.

Économie