•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une mise à jour économique pour stimuler l'investissement au pays

Une photo du ministre fédérale des Finances Bill Morneau  
lors d'une annonce à Ottawa.
Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau Photo: La Presse canadienne / Justin Tang
Presse canadienne

Le gouvernement fédéral publiera cet après-midi une mise à jour économique automnale qui cherchera à boucler certains de ses engagements, laissant ainsi la porte ouverte aux libéraux pour qu'ils utilisent le budget de l'année prochaine comme plateforme électorale pour le vote de 2019.

Le document inclura également le plan tant attendu du ministre des Finances Bill Morneau pour aider le Canada à attirer des investissements, ce qui, selon plusieurs, est devenu de plus en plus difficile à la suite des modifications majeures apportées aux impôts et aux réglementations aux États-Unis.

M. Morneau fait face à des pressions pour faire baisser le taux d'imposition des sociétés au Canada, mais le gouvernement a indiqué qu'il se concentrerait sur des mesures ciblées pour accélérer les investissements plutôt que sur des réductions d'impôt généralisées.

Un responsable gouvernemental, qui a requis l'anonymat, a déclaré que le plan d'action pour la compétitivité d'Ottawa serait responsable sur le plan financier et inciterait les entreprises à choisir le Canada plutôt que les États-Unis en matière d'investissements.

Selon ce responsable, l'énoncé économique montrera également que les projections annuelles du Canada sur le déficit fédéral et le fardeau de la dette continueront de diminuer, le long de trajectoires similaires à celles décrites dans le budget de 2018.

Les libéraux ont régulièrement été critiqués par l'opposition conservatrice pour avoir renoncé à leur promesse de 2015 de n'absorber que de modestes déficits annuels ne dépassant pas 10 milliards de dollars et d'éliminer le déficit d'ici 2019.

Le budget Morneau de février dernier prévoyait un déficit de 18,1 milliards de dollars pour l'exercice en cours. Ce chiffre devrait diminuer progressivement pour atteindre 12,3 milliards de dollars en 2022-2023, avec des amortissements annuels de 3 milliards de dollars destinés à compenser les risques.

Les libéraux n'ont aucun calendrier pour éliminer les déficits, même si l'économie tourne pratiquement à plein régime, ce qui a suscité des inquiétudes chez certains économistes.

Politique fédérale

Politique