•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ex-gouverneur général David Johnston rend public son rapport de dépenses

L'ex-gouverneur général du Canada David Johnston
Pour David Johnston, la transparence est l'un des « volets fondamentaux de nos institutions publiques ». Photo: La Presse canadienne / Sean Kilpatrick
La Presse canadienne

L'ex-gouverneur général David Johnston a rendu public, mardi, un rapport de dépenses qui fait état de frais de 76 650 $ engagés au cours des six mois suivant son départ de Rideau Hall, l'automne dernier.

Du 2 octobre 2017 jusqu'à la fin de l'année financière du gouvernement, le 31 mars 2018, M. Johnston a demandé le remboursement de 13 911,87 $ pour les frais de déplacement, d'hébergement et de restauration, 54 463 $ pour assistance administrative, et 8274 $ pour des fournitures de bureau et frais divers.

M. Johnston précise que les dépenses pour assistance administrative comprennent surtout le salaire d'un adjoint pour « la correspondance, la planification, la comptabilité, les discours, les publications et l'organisation d'événements ».

Il ajoute aussi que cette somme de 76 650 $ comprend des « charges exceptionnelles de démarrage et de transition, soit 30 000 $ de frais de soutien administratif et 2000 $ de fournitures de bureau et de frais divers ».

M. Johnston dévoile ainsi la nature de ses dépenses alors que l'examen public des dépenses d'Adrienne Clarkson a révélé que cette autre ancienne gouverneure générale avait facturé aux contribuables plus d'un million de dollars de dépenses depuis son départ il y a 13 ans.

M. Johnston conclut son rapport de dépenses, publié mardi sur son site Internet, avec une note personnelle dans laquelle il soutient que « la reddition de compte et la transparence dans l'utilisation des fonds publics constituent des volets fondamentaux de nos institutions publiques ».

Je me conformerai à ces pratiques en établissant tous les ans ce rapport et en fournissant les réponses les plus complètes possible aux questions qui pourraient être soulevées.

David Johnston, ex-gouverneur général du Canada

L'ancien principal de l'Université McGill se dit aussi reconnaissant de l'assistance administrative qui lui a été apportée dans le cadre du Programme aux anciens gouverneurs généraux, et il s'engage « à y recourir avec discernement et à rendre des comptes de manière rigoureuse ».

Remboursement à vie

En plus de leur pension, les anciens représentants de la reine au Canada reçoivent des contribuables un remboursement à vie pour leurs dépenses de bureau et de déplacement, par le biais d'un programme en vigueur depuis 1979, en partant du principe que les gouverneurs généraux ne prennent jamais vraiment leur retraite.

Lorsqu'un ancien gouverneur général soumet des réclamations de plus de 100 000 $ par an, son nom apparaît dans le rapport annuel des Comptes publics du Canada, mais les détails des frais engagés ne sont pas précisés. Mme Clarkson a dépassé ce seuil de 100 000 $ par an neuf fois en 12 ans, y compris au cours du dernier exercice.

Dans une réplique publiée par le Globe and Mail au début du mois de novembre, Mme Clarkson soutient que son soutien financier était conforme à ce qui a été offert à ses prédécesseurs et à ses successeurs en vertu du programme en vigueur depuis 1979. Elle explique qu'après ses six ans à Rideau Hall, elle a continué à participer à la vie publique « de manière active et significative ». Elle assure avoir rempli 182 engagements l'année dernière, dont beaucoup étaient publics.

Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré à la fin du mois d'octobre que les gouverneurs généraux du Canada méritaient un soutien financier même après leur départ de Rideau Hall. Il a toutefois ajouté que ces ex-gouverneurs généraux doivent être plus transparents et responsables quant à leurs dépenses.

« Les Canadiens s'attendent à un certain niveau de transparence et de responsabilité, et nous allons nous assurer que nous progressons de manière réfléchie », avait alors dit M. Trudeau.

Politique fédérale

Politique