•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les défis d’étudier en français dans une université bilingue

Des étudiants circulent dans l'entrée de l'édifice Parker de l'Université Laurentienne.
L'Université Laurentienne offre une trentaine de programmes bilingues ou entièrement en français. Photo: Radio-Canada / Justine Cohendet

Des étudiants francophones réagissent aux propos du premier ministre ontarien qui commentait, lundi, l'offre actuelle de formation universitaire en français. Même si Doug Ford soutient que 10 universités ontariennes offrent 300 cours dans la langue de Molière, les options demeurent limitées, selon plusieurs francophones.

La direction du Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO) dit être en colère devant les justifications du premier ministre Ford d’annuler la mise en oeuvre de l’Université de l’Ontario français.

La coprésidente du RÉFO, Marie-Pierre Héroux, tient à nuancer les propos de M. Ford quant à la disponibilité des cours en français.

On n’a pas beaucoup de programmes et ils sont souvent incomplets. Des étudiants peuvent suivre la 1re et la 2e année en français; oui il y en a qui peuvent le faire, mais à partir de la 3e et 4e année, habituellement, ça se tourne en anglais.

Marie-Pierre Héroux, coprésidente du Regroupement étudiant franco-ontarien
Marie-Pierre Héroux porte des lunettes rondes et a une longue chevelure brune. Marie-Pierre Héroux préfère suivre tous ses cours en français, même si cela la force parfois à choisir des cours qui l'intéressent moins. Photo : Radio-Canada / Justine Cohendet

Elle-même étudiante en histoire à l’Université Laurentienne, Marie-Pierre Héroux soutient que le nombre de cours au choix en français dans son programme est limité. Elle se désole de devoir s’inscrire dans des cours qui ne concordent pas avec l’expertise qu’elle aimerait développer.

Même son de cloche pour Quade Howald qui étudie en Génie mécanique à la même université. Son programme est bilingue, mais il explique que les cours au choix offerts en français sont si peu nombreux qu’il doit, en fin de compte, tous les prendre.

Il ajoute qu’un seul professeur de son programme offre des cours en français. La situation peut être lourde à porter pour certains étudiants.

Parfois, des étudiants trouvent que ses cours sont difficiles, les gens changent en anglais parce qu’ils trouvent que les professeurs anglais sont plus faciles.

Quade Howald, étudiant en Génie mécanique à l’Université Laurentienne

Une occasion à saisir pour les universités bilingues ?

Difficile pour le moment de savoir si les universités bilingues vont chercher à profiter de la situation pour revoir l’offre de leurs cours en français.

Nous avons tenté d’obtenir des commentaires de quatre d’entre elles, mais aucune n’a accepté de nous accorder une entrevue.

Par courriel, un porte-parole de l’université York indique que son établissement reconnaît les besoins grandissants en matière d’éducation universitaire en français dans le Centre–Sud-Ouest de la province.

Nous nous engageons à poursuivre ces discussions avec le gouvernement provincial ainsi que la communauté francophone et francophile en ce qui concerne la meilleure façon de répondre à ce besoin.

Yanni Dagonas, porte-parole, université de York

Yanni Dagonas ajoute que le collège universitaire Glendon de l'Université York offre chaque année de 200 à 250 cours en français.

De son côté, la porte-parole de l’Université d’Ottawa indique, dans une brève déclaration écrite, que son institution cherche continuellement à travailler pour bien servir la communauté francophone partout dans la province.

Notre université demeure résolument vouée à ses étudiants, actuels et futurs, et elle poursuivra ses efforts pour bonifier l’offre de cours en français, notamment dans les domaines en plein essor comme les sciences et le génie.

Isabelle Mailloux Pulkinghorn, responsable des relations avec les médias, Université d'Ottawa

L’Université Laurentienne se contente pour sa part de rappeler son désir de non seulement maintenir, mais aussi améliorer, l’accès à l’éducation de langue française, écrit dans un courriel l’agente de communication Josée Campeau-Rousselle.

Pierre Zundel Pierre Zundel est recteur intérimaire de l’Université Laurentienne jusqu’en juin 2019. Photo : Radio-Canada / Caroline Bourdua

Le recteur de l’institution avait par ailleurs affirmé, en juin dernier, qu’il ne considérait pas l’arrivée de l’Université de l’Ontario français comme un facteur concurrentiel pour son établissement.

À l’Université Laurentienne, on est bilingue depuis nos tout débuts. Ça fait partie de notre ADN. On n’a pas besoin de concurrence pour vouloir offrir de meilleurs services en français.

Pierre Zundel, recteur et vice-chancelier par intérim, Université Laurentienne

Dans son rapport qui a ouvert la voie à la création de l’Université de l’Ontario français, l’ex-présidente du comité de planification, Dyane Adam, soutenait que l’institution aurait été en mesure d’accueillir jusqu’à 4000 étudiants par année.

Éducation

Société