•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pris en otage dans son véhicule, un homme voit son agresseur se tirer dans la jambe en roulant à 140 km/h

 Panneau des prix de l'essence de la station-service Flying J truck, à Saskatoon.
C'est à la station-service Flying J truck, dans le nord de la ville de Saskatoon, que l'histoire d'un homme armé et d'un électricien a commencé. Photo: Radio-Canada / CBC
Radio-Canada

En tentant de reprendre son fusil par la gâchette dans une camionnette qui roule à 140 km/h sur l'autoroute 16 en Saskatchewan, un homme se tire accidentellement dans la jambe. Le propriétaire du véhicule, pris en otage sur le siège du passager, est alors sûr d'une chose : sa dernière heure est arrivée.

Tout a commencé dans un arrêt pour camions au nord de Saskatoon, à 4 h, le 7 novembre. Un électricien, Gary, voit un homme vêtu d’un chandail d’un capuchon à côté de la porte de sa camionnette. Il ouvre sa fenêtre et demande à l’homme s’il peut l’aider. CBC a décidé de ne pas dévoiler le nom de famille de l'électricien.

« Il m’a dit : "Il fait vraiment froid et votre camion roule, pourriez-vous me permettre de monter et de me réchauffer?" », raconte Gary, qui a accédé à sa requête.

L’homme lui demande alors de l’amener à North Battleford, mais Gary lui explique qu’il doit se rendre ailleurs pour le travail et qu'il ne peut pas l’aider. L’homme lève alors un fusil et lui dit : « Je ne vais pas te le demander à nouveau, je te le dis. Tu m’amènes à North Battleford. »

L’homme armé prend le volant.

« Je voyais qu'il n'était pas un bon conducteur, observe Gary. J’ignore même s’il avait déjà conduit auparavant parce qu’il roulait sur toute la largeur de la route et qu’il allait à 145-150 km/h. »

Puis, le coup de feu est parti.

« Du sang partout »

« C’était assourdissant, se rappelle l'électricien. Je pouvais voir tous les plombs et les étincelles sortir du canon. »

Les deux hommes luttent pour le contrôle du volant et du levier de vitesse. Gary dit avoir été capable de reprendre le contrôle et de stationner la camionnette sur l’accotement, à une cinquantaine de kilomètres de Saskatoon.

L’homme blessé commence alors à perdre conscience en marmonnant.

Gary saute du véhicule et se précipite du côté du conducteur.

« J’ai regardé le sol et je pouvais voir du sang partout, et le fusil était toujours là », dit-il.

L'électricien dit avoir saisi l’arme, qu’il a lancée dans l’obscurité, à l’arrière de la camionnette. Puis il s’est tourné vers son agresseur.

« Je l’ai pris et je l’ai traîné jusqu’à l’arrière de la camionnette, et je l’ai placé sur le sol très doucement », dit-il.

Il dit être reparti en camionnette sur l’autoroute, puis s'est garé plus loin, les feux de détresse allumés, et avoir appelé la police.

Le suspect à l’hôpital

La Gendarmerie royale du Canada a déposé des accusations relativement à l'enlèvement et à l'extorsion avec une arme à feu contre un homme de 31 ans. Ce dernier se remet de ses blessures à l’Hôpital royal universitaire de Saskatoon, où il est en garde à vue.

Il doit comparaître en cour le 28 novembre prochain.

Avec les informations obtenues par Dan Zakreski, CBC News

Saskatchewan

Crimes et délits