•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD de l’Ontario déposera une motion pour dénoncer les compressions

Andrea Horwath derrière un lutrin au studio des médias de l'Assemblée législative.

La chef de l'opposition officielle, la néo-démocrate Andrea Horwath.

Photo : Radio-Canada / Claudine Brulé

Radio-Canada

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) de l'Ontario déposera une motion à Queen's Park afin de demander au gouvernement de revenir en arrière sur les compressions faites par le gouvernement Ford dans les services en français.

La pression continue de s'accentuer sur le gouvernement après l’énoncé économique du 15 novembre dernier, où l'on a annoncé l'annulation de l'Université de l'Ontario français et l'intégration du Commissariat aux services en français au sein du bureau de l'ombudsman de l'Ontario.

Considérant que la communauté francophone de l’Ontario est la plus grande communauté francophone canadienne à l’extérieur du Québec. Considérant que le français est l'une des deux langues officielles du Canada (...). Qu’il soit résolu que l’Assemblée demande au gouvernement de maintenir le bureau du Commissaire aux services en français, ainsi que son financement et ses pouvoirs, et de maintenir l’engagement de l’Ontario de financer l’Université de l’Ontario français, dit, notamment, la motion de l’opposition officielle.

Cette dernière doit être déposée en chambre par la chef du NPD, Andrea Horwath.

Au cours de la période de questions mardi, le député néo-démocrate, Guy Bourgouin, a indiqué à la ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney, que le Commissariat des services en français sous l'aile du bureau de l'ombudsman était voué à l'échec.

C'est bien connu que le Commissariat aux services en français était autrefois avec l'ombudsman et ça ne marchait pas en tant qu'institution indépendante, a expliqué M. Bourgouin.

Un retour en arrière ?

La ministre Mulroney a tout de même ouvert la porte à un retour en arrière sur les compressions lors de la période de questions, mardi, à Queen's Park.

Lorsque l’on (le gouvernement) aura remis l’Ontario sur la voie de la prospérité, on va pouvoir revisiter ces projets très importants.

Caroline Mulroney, ministre déléguée aux Affaires francophones

La protection des droits des francophones va continuer d’être faite au sein du bureau de l’ombudsman, a tout de même répondu Caroline Mulroney.

Une femme à l'Assemblée législative

La ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney.

Photo : L'Assemblée législative de l'Ontario

Sans avancer de chiffres, la ministre Mulroney dit que le budget du Commissariat aux services en français « a quadruplé » depuis les dernières années. Annuellement, le budget du Commissariat se chiffre à 2,9 millions de dollars.

La ministre Mulroney assure que le gouvernement a été élu avec le mandat de contrôler les dépenses publiques.

M. Bourgouin affirme que les Franco-Ontariens ont le droit constitutionnel d’avoir accès à des services dans leur langue.

Les droits des francophones vont continuer d’être respectés en Ontario, a conclu Mme Mulroney.

Mardi, la ministre Mulroney a décliné l'invitation du Comité permanent des langues officielles à Ottawa pour venir expliquer les compressions dans les services en français.

Le texte intégral de la motion

Politique provinciale

Politique