•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des images du premier scanner corporel 3D dévoilées

Illustration d'un patient dans l'appareil.
Illustration d'un patient dans l'appareil. Photo: UC Davis
Radio-Canada

Les toutes premières images du scanner 3D qui permet d'obtenir une représentation complète d'un corps ont été dévoilées par l'équipe américaine qui l'a mis au point.

L’EXPLORER développé par des scientifiques de l’Université de la Californie à Davis combine deux technologies, la tomographie par émission de positrons (PET scan en anglais) et la tomodensitométrie (CT scan).

Elle permet d’obtenir, à partir d’un seul examen, une image complète du corps d’un patient.

Image d'un corps humain réalisée par EXPLORER.Image d'un corps humain réalisée par EXPLORER. Photo : UC Davis

La médecine de demain

Les chercheurs Simon Cherry et Ramsey Badawi affirment que leur création permettra une petite révolution en médecine.

Les chercheurs Simon Cherry et Ramsey Badawi devant leur invention.Les chercheurs Simon Cherry et Ramsey Badawi devant leur invention. Photo : UC Davis/Lisa Howard

Je me suis imaginé à quoi ressembleraient les images d’EXPLORER pendant des années, mais rien ne m'avait préparé à l'incroyable précision de ce premier scan.

Simon Cherry

Le nouvel appareil capture le rayonnement beaucoup plus efficacement que les autres outils actuellement à la disposition des médecins. EXPLORER peut produire une première image en seulement une seconde.

Le nouvel appareil capture le rayonnement beaucoup plus efficacement que les autres outils actuellement à la disposition des médecins.Le nouvel appareil capture le rayonnement beaucoup plus efficacement que les autres outils actuellement à la disposition des médecins. Photo : UC Davis

Il est ainsi en mesure d'évaluer simultanément ce qui se passe dans tous les organes et tissus du corps. Il permettra ainsi d’améliorer les diagnostics en suivant plus précisément la propagation du cancer, l'inflammation, l'infection, les troubles immunologiques ou métaboliques et de nombreuses autres maladies.

Par ailleurs, il pourra mesurer quantitativement le débit sanguin ou la façon dont l'organisme absorbe le glucose.

Il peut aussi produire des vidéos dans lesquelles il est possible de suivre la progression de médicaments dans le corps.

EXPLORER peut produire une première image en seulement une seconde. EXPLORER peut produire une première image en seulement une seconde. Photo : UC Davis

Cette technique pourra ainsi, selon ses créateurs, permettre une plus grande précision des données dans la recherche sur les médicaments.

« Le niveau de détails est étonnant, surtout après que nous avons peaufiné la méthode de reconstruction », explique le Dr Cherry.

Nous pouvons voir des caractéristiques qu’il était impossible de voir avec les scanners réguliers. Et la séquence dynamique du corps en trois dimensions est franchement époustouflante. Il n'y a pas d'autre appareil qui puisse obtenir de telles données.

Simon Cherry

L’équipe américaine a travaillé en étroite collaboration avec des chercheurs chinois associés au département de médecine nucléaire de l'hôpital Zhongshan à Shanghai.

Plus de précision

Les concepteurs d’EXPLORER pensent que l’appareil aura un impact profond sur la recherche clinique et les soins aux patients parce qu'il produit des images diagnostiques d’une qualité inégalée, et avec une grande rapidité, jusqu'à 40 fois plus vite que les instruments actuels. En fait, il peut produire une image de l'ensemble du corps en seulement 20 à 30 secondes.

Moins de radiation

En outre, EXPLORER requiert une dose de radiation jusqu'à 40 fois inférieure à celle d'un examen classique, ce qui permettra de nombreux examens répétés pour un patient.

Cette première mondiale sera l’objet d’une présentation lors du congrès annuel de la société nord-américaine de radiologie qui se tient actuellement à Chicago.

Le premier appareil doit entrer en service au printemps prochain dans un hôpital de Sacramento, aux États-Unis, et sera graduellement disponible à travers le monde pour les institutions de santé.

Médecine

Science