•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ministre ontarienne Caroline Mulroney décline l'invitation du Comité permanent des langues officielles

Les explications de Julie-Anne Lapointe.
Radio-Canada

Les membres du Comité permanent des langues officielles de la Chambre des communes ont voté, mardi matin, une motion qui invite la ministre déléguée aux Affaires francophones de l'Ontario, Caroline Mulroney, à expliquer les récentes compressions budgétaires dans les services en français. Aussitôt reçue, l'invitation a été déclinée par la ministre.

Un texte d’Angie Bonenfant

Le président du Comité, le libéral Denis Paradis, dit que la motion a été votée à l’unanimité. Ceci prouve, selon lui, la volonté du Comité de faire la lumière sur toute cette affaire.

Les membres s’étaient réunis d’urgence à huis clos pendant 45 minutes, avant la séance, pour déterminer si un geste devait être posé à la suite de l’annonce du gouvernement Ford d’éliminer le Commissariat aux services en français et l’Université de l’Ontario français.

Libellé de la motion :

Le Comité invite la ministre déléguée aux Affaires francophones et Procureure générale de l'Ontario pour discuter de la vitalité des communautés francophones de l'Ontario, à la lumière des récentes décisions concernant l'Université de l'Ontario français et le Commissariat aux services en français, lors d'une réunion publique télévisée d'une durée de deux heures.

La ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney, en Chambre.La ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney (archives) Photo : La Presse canadienne / Chris Young

La motion a été envoyée en avant-midi au bureau de la ministre Caroline Mulroney.

Mme Mulroney a répondu qu'elle avait déjà avisé le Comité qu'elle ne pourrait pas être là.

Je serai en Chambre, prête à répondre aux questions. Je vais rester ici à Queen's Park, a-t-elle toutefois ajouté.

Députée libérale pour Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers croit que cette invitation du Comité aurait pu être l'occasion d'obtenir des réponses du gouvernement Ford.

Ça aurait pu évidemment permettre de situer cette décision-là dans une vision plus globale de comment est-ce que la province de l’Ontario entend remplir ses obligations constitutionnelles face à la minorité linguistique et ça allait être dans ce contexte-là que les questions allaient être posées, c’est-à-dire : où ça se situe? Pourquoi est-ce que ça a été fait? Quelle est la vision à long terme? Est-ce qu’il y a des garanties qu’il n’y aura pas d’autres coupures aux institutions francophones? a indiqué Mme Des Rosiers.

Denis Paradis, président du Comité permanent des langues officiellesDenis Paradis, président du Comité permanent des langues officielles Photo : Radio-Canada

Une vive déception

Le vice-président du Comité permanent des langues officielles, François Choquette, invite la ministre Mulroney à revoir sa décision.

Je trouve qu'elle a pris une décision un petit peu hâtive, un peu trop rapide et peut-être sur le coup de l'impulsion, de l'émotion, mais restons calmes , a-t-il déclaré. On parle du bilinguisme du pays, on parle des langues officielles du pays, c'est l'un des fondements principaux de ce qu'est le Canada, ce n'est pas rien!

Si elle n'a rien à cacher, pourquoi ne se présente-t-elle pas pour venir s'expliquer?

François Choquette, Nouveau Parti démocratique

Au Comité des langues officielles, nous sommes très inquiets. On pense même que c'est une situation de crise linguistique qui est en train d'être déclenchée en Ontario, mais qui touche toutes les provinces à travers le Canada, soutient-il. La meilleure chose avec laquelle on doit commencer, c'est par lui poser des questions pour comprendre la situation et comprendre les motivations. Elle doit comprendre elle-même les implications que ces décisions-là entraînent.

Les membres du Comité qui doivent de nouveau se réunir, jeudi prochain, profiteront de l'occasion pour déterminer la marche à suivre devant ce refus.

On ne peut pas la forcer à venir. Il y a des lois qui entourent le privilège des ministres provinciaux. On regarde d'autres options.

Denis Paradis, président du Comité des langues officielles

 Moi, je trouve ça extrêmement important l'échange que l'on aurait pu avoir, c'est dramatique ce qui se passe en Ontario dans le moment. [...] On a un paquet de questions à poser au nom des communautés minoritaires. C'est notre rôle de les poser, a déclaré le président Denis Paradis.

Il y a une loi sur les services en français. Y'arrive quoi avec cette loi-là? C'est la loi qui crée le poste de commissaire aux services en français. Y'arrive quoi avec la loi qui crée une université en français qui est une loi de l'Ontario?

Ottawa-Gatineau

Politique provinciale