•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des accusations déposées après une fusillade dans un hôpital à Kingston

Photo d'un homme menotté habillé en vert qui est escorté par des policiers vêtus de noir.
L'accusé Corey Ward arrive au palais de justice. Photo: Radio-Canada / Frédéric Pepin

Un détenu fait face à neuf chefs d'accusation, y compris de tentative de meurtre et d'avoir déchargé une arme à feu avec une intention particulière, à la suite d'une fusillade à l'urgence de l'Hôpital général de Kingston.

Selon la police, le prisonnier, qui était à l'hôpital pour une évaluation médicale, a réussi à s'emparer de l'arme de l'un des deux agents des services correctionnels qui l'accompagnaient, lundi soir, pour ensuite tirer deux coups de feu.

Les policiers indiquent que l'accusé, Corey Ward, a saisi l'arme alors que ses deux gardiens étaient en train de le menotter à nouveau après une visite aux toilettes.

Un patient innocent a été atteint à la jambe par un projectile. Il a été blessé grièvement, mais on ne craint pas pour sa vie.

Le détenu de 32 ans du pénitencier de Millhaven, condamné dans le passé notamment pour agression contre un policier et menaces de mort, a été maîtrisé rapidement, selon Service correctionnel Canada, qui n'a pas voulu donner de détails.

Je n'ai jamais vu un tel cas en 26 ans de carrière.

Curtis Jackson, Service correctionnel Canada

Selon les résultats préliminaires de l'enquête de Service correctionnel, les deux agents impliqués ne seront pas réprimandés, parce qu'ils ont agi avec diligence.

L'urgence de l'hôpital avait été placée en confinement vers 18 h, lundi, mais les services sont revenus à la normale plus tard en soirée.

Photo d'une pancarte bleue et rouge donnant des indications pour se rendre à l'urgence et à d'autres ailes d'un hôpital.L'urgence avait été placée en état de confinement, lundi soir. Photo : CBC

L'accusé a comparu en cour, mardi matin, et doit revenir devant le tribunal le 18 décembre.

Service correctionnel Canada affirme, de son côté, qu'il continue à passer en revue les circonstances entourant l'événement, tout en collaborant pleinement à l'enquête de la police de Kingston. Dans le cadre de l'enquête du SCC, nous allons examiner en profondeur nos procédures et nos politiques et faire les ajustements nécessaires pour assurer la sécurité des membres de la communauté et de nos partenaires, indique la porte-parole Avely Serin.

Un événement « terrifiant »

L'urgentologue David Messenger, qui dirige la faculté de médecine d'urgence à l'Université Queen's de Kingston, raconte que la fusillade a été un événement terrifiant pour le personnel de l'hôpital, y compris ses étudiants résidents qui étaient présents à ce moment-là.

Le Dr Messenger est arrivé sur place quelques minutes plus tard.

Ça s'est produit dans une aire très achalandée des urgences, dit-il, à deux pas de nombreux autres patients.

Toronto

Justice et faits divers