•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fermeture de centrales au charbon a fait baisser les émissions de gaz à effet de serre à Ottawa

Une tour éjecte une grande quantité de fumée.

Ottawa a enregistré une baisse de 11 % de ses émissions de GES de 2012 à 2016.

Photo : iStock

CBC

Les émissions de gaz à effet de serre (GES) ont diminué de 11 % entre 2012 et 2016. Une baisse due principalement à la fermeture des centrales au charbon en Ontario.

Tous les quatre ans, la Ville calcule les émissions de GES générées à la fois par la communauté élargie et par ses propres opérations, dans la perspective d'atteindre ses objectifs de lutte contre le changement climatique.

Le dernier rapport sera déposé jeudi.

Les émissions de GES les plus importantes proviennent des bâtiments et des transports; ainsi, la fermeture des centrales au charbon de Lambton et Nanticoke fait en sorte que les bâtiments sont alimentés en énergie nucléaire, hydroélectrique ou en énergies plus propres encore.

Nous voudrions remercier Dalton McGuinty pour son leadership dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à Ottawa, a déclaré Robb Barnes, d'Écologie Ottawa, faisant référence à l'ancien premier ministre de l'Ontario. Ce n'est pas exactement le résultat de politiques municipales, mais d'une politique provinciale vieille de plusieurs années.

Les émissions de GES d'Ottawa en baisse de 25 %

La fermeture des usines à charbon a eu un effet spectaculaire sur les émissions de GES provenant de l'exploitation de la ville, qui représentent 4 % de la production générale d'Ottawa.

Les émissions de GES provenant des bâtiments de la ville, des véhicules, des décharges et des stations d'épuration des eaux usées ont diminué de 25 % entre 2012 et 2016.

La baisse la plus importante des émissions de GES est liée au site d'enfouissement de chemin Trail qui désormais capte davantage de méthane et d'autres gaz.

Un sixième générateur pour convertir les gaz en énergie et son système de torchage a été modernisé.

Un « cadeau unique »

M. Barnes s'est toutefois dit préoccupé par le prochain rapport quadriennal, car la disparition de centrales au charbon ne pourra plus être prise en compte.

C'est une sorte de cadeau unique. Vous ne pouvez pas éliminer le charbon à chaque fois qu'il y a un rapport sur les émissions de GES , a-t-il expliqué.

Il juge que la Ville d'Ottawa a besoin de politiques plus agressives pour encourager la rénovation d'immeubles pour les rendre plus écoénergétiques.

Une proposition avec laquelle le conseiller et président sortant du Comité de l'environnement et de la protection climatique David Chernushenko est d'accord.

M. Chernushenko, l'un des environnementalistes les plus virulents du conseil, a perdu son siège aux élections municipales du 22 octobre dernier.

Les Villes qui n'attendront pas la dernière minute vont le faire [leur transition écologique] de manière plus planifiée et intelligente au lieu d'être contraintes, assure-t-il.

La Ville d'Ottawa pourrait bientôt déclarer ses émissions de GES sur une base annuelle, ce à quoi elle s'est déjà engagée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Pollution