•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Discours du Trône au Nouveau-Brunswick : « se réapproprier le rêve »

La lieutenante-gouverneure Jocelyne Roy-Comeau lit le discours du Trône.
La lieutenante-gouverneure Jocelyne Roy-Comeau lit le discours du Trône. Photo: Radio-Canada / Nicolas Steinbach
Radio-Canada

Le nouveau gouvernement de Blaine Higgs a déposé son premier discours du Trône, qui annonce une ère nouvelle de « gouvernance partagée » pour tenter de mettre fin aux rivalités habituelles entre partis et ainsi faire progresser le Nouveau-Brunswick.

Le gouvernement minoritaire veut notamment élargir le rôle de tous les parlementaires. Les députés et chefs des partis d’opposition seront ainsi invités à donner leur avis sur les mesures législatives et réglementaires avant leur adoption.

Le gouvernement Higgs, qui ne compte que 22 sièges sur 49 à l’Assemblée législative, espère rallier des députés des autres partis autour de cinq grands objectifs, à savoir l’équilibre budgétaire, la relance du secteur privé, un système d’éducation de premier plan, des soins de santé accessibles et la lutte contre la pauvreté.

Équilibre budgétaire en mars 2020

Le gouvernement Higgs prévoit atteindre l’équilibre budgétaire d’ici mars 2020, soit un an plus tôt que ce que prévoyait le gouvernement libéral sortant. Pour y arriver, il entamera au début de 2019 un processus de consultation prébudgétaire où il demandera à la population de différencier les besoins des désirs.

Il promet également d’augmenter le budget de la vérificatrice générale pour mieux combattre le « gaspillage » de fonds publics.

Le premier ministre Blaine Higgs écoute attentivement le discours du Trône.Le premier ministre Blaine Higgs écoute attentivement le discours du Trône. Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Le privé, fer de lance de la relance

Pour relancer l’économie de la province, le gouvernement progressiste-conservateur entend s’appuyer sur le secteur privé. Pour lui faciliter la tâche, le gouvernement éliminera graduellement l’impôt des petites entreprises et la double imposition foncière qui s’applique aux biens secondaires comme les immeubles d'appartements.

Il promet également des mesures législatives pour réduire les cotisations des employeurs à Travail sécuritaire NB, qui a récemment prévu de les augmenter de 72 % en 2019, une mesure qualifiée de catastrophique par les employeurs et certaines municipalités.

Il s’engage également à ajouter au mandat d’Opportunités Nouveau-Brunswick celui d'accorder du microcrédit communautaire.

Une économie plus verte

De façon plus générale, le gouvernement Higgs prône la transition d’une économie axée sur le renflouement d’entreprises à une économie axée sur les emplois verts et fondée sur la recherche.

Il rappelle au passage son opposition à la taxe carbone du gouvernement Trudeau. Une économie plus verte permettra de réduire la pollution atmosphérique sans qu’il soit nécessaire de taxer les citoyens, estime le gouvernement Higgs.

Santé

En santé, le gouvernement Higgs annonce qu'il consultera les médecins pour tenter de trouver des solutions de rechange aux numéros de facturation, le mode de rémunération habituel des médecins, qui n'est pas toujours jugé satisfaisant par ces derniers parce qu'il limite leur mobilité. Les conservateurs veulent favoriser des modes de paiement qui aident davantage à la prévention des maladies et permettent l'ouverture d'un plus grand nombre de cliniques communautaires.

Pour pallier les pénuries de professionnels de la santé et l'augmentation des coûts du système, il veut élargir le rôle de certains, comme les pharmaciens et les infirmières praticiennes.

Il annonce également que, d'ici six mois, il déposera un plan pour éliminer les obstacles à la formation et au recrutement d'infirmières. L'un de ces obstacles est bien connu : il s'agit du taux d'échec élevé de diplômées francophones en sciences infirmières à l'examen d'entrée à la profession, un examen traduit de l'anglais.

Une patiente reçoit le soutien d'une infirmière.Le gouvernement Higgs veut déposer d'ici six mois un plan pour éliminer les obstacles à la formation et au recrutement d'infirmières. Photo : iStock

Comme d'autres avant lui, le gouvernement Higgs veut réduire le nombre d'aînés qui occupent un lit d'hôpital faute de places en foyers de soins en misant davantage sur les soins à domicile. Il s'engage à réviser la rémunération et les conditions de travail des préposées aux soins à domicile pour trouver des façons de rendre leur métier, mal payé, plus valorisant.

Il rappelle également qu'il entend mettre fin à la crise qui sévit à Ambulance Nouveau-Brunswick. Il a d'ailleurs annoncé lundi une première mesure pour résoudre cette crise, c'est-à-dire la création d'un service de transfert pour les cas non urgents.

Éducation : faciliter l'apprentissage de la 2e langue officielle

En matière d'éducation, le gouvernement Higgs fait un constat d'échec : le système d'éducation du Nouveau-Brunswick a été incapable de produire des diplômés bilingues. Moins de 8 % des élèves qui entament le programme d'immersion précoce sont bilingues à la fin de leurs études, ce qui n'est pas sans conséquence pour la promotion du bilinguisme, note-t-il.

Le gouvernement n'a pas de solution claire. Il s'engage simplement à déterminer la façon d'offrir à tous les élèves du Nouveau-Brunswick la possibilité d'apprendre une deuxième langue.

Il a également l'intention, d'ici six mois, d'organiser un sommet sur l'éducation.

En éducation postsecondaire, il répète qu'il fera un examen des programmes d'aide aux étudiants créés par les libéraux de Brian Gallant et comparera leur efficacité avec un programme de crédits d'impôt mis en place par le gouvernement conservateur précédent et supprimé lors de l'arrivée au pouvoir des libéraux.

Brian Gallant écoute le discours du Trône.Le gouvernement conservateur veut faire un examen des programmes d'aide financière aux étudiants mis en place par le gouvernement de Brian Gallant. Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Réforme de l'aide sociale

Enfin, le gouvernement Higgs a l'intention de relancer le processus de réduction de la pauvreté qui a été mis de côté, selon lui. Il veut lancer une réforme en profondeur du système d'aide sociale, pour mettre un terme au cercle vicieux créé par ce système, où les personnes qui font une demande à court terme perdent leurs biens, leurs liens sociaux, leur dignité et leurs espoirs.

Il veut notamment étudier des modèles qui fourniraient davantage d'aide à court terme aux nouveaux assistés sociaux qui veulent regagner leur autonomie financière.

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale