•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une dame vit un cauchemar après des rénovations bâclées

À l'intérieur, les murs et le plafond de la maison sont complètement détruits.
La maison est dans un piteux état après les rénovations qui n'ont pas été terminées. Photo: CBC
Radio-Canada

Une dame de Meadow Brook, près de Moncton, déplore que des entrepreneurs aient laissé sa maison en mauvais état à la suite de rénovations, mais les deux hommes responsables des travaux nient tout.

Leanna Leger a investi 48 000 $ en rénovations chez elle au printemps dernier. Toutefois, au lieu d’avoir la maison de ses rêves, elle se retrouve avec des murs défaits et un travail bâclé, assure-t-elle.

Alors que l'hiver approche, il ne lui reste plus beaucoup de ressources pour réparer les dégâts.

J'essaie de ne pas regarder. [...] C'est un cauchemar, c'est un cauchemar vivant.

Leanna Leger
Une photo de la maison de l'extérieur. Du revêtement manque sur le mur. Avec l'hiver qui vient, il pourrait faire très froid chez Leanna Leger. Photo : CBC

Les entrepreneurs en question sont Mark Garland et Roger Leblanc. Ce n'est pas la première fois qu'ils font face à des plaintes de la part de clients mécontents. Leur entreprise a déjà perdu deux causes à la Cour des petites créances.

32 000 $ en matériel

Les deux hommes lui ont demandé 32 000 $ pour l’achat de différentes fournitures en mai.

Le 1er août, lorsqu'un camion de livraison s'est présenté chez la dame avec les biens en questions, les deux entrepreneurs ont retiré certains objets et les ont directement mis dans leur camion, affirme Madame Leger.

Une photo de la femme, chez elle, à côté d'un mur presque inexistant. Leanna Leger affirme que les entrepreneurs ont failli à leur devoir. Photo : Tori Weldon / CBC

Elle aurait alors demandé aux hommes de tout déposer dans le garage.

Ce n'est pas comme ça qu'on fait les choses, Leanna, on les garde dans notre camion, aurait répondu Mark Garland, affirme-t-elle.

Il a gardé les objets qui sont coûteux dans son camion et il est parti.

Leanna Leger

Elle dit ne pas avoir revu les deux hommes ni les choses pour lesquelles elle a payé. Depuis, les rénovations de la maison n'avancent pas.

Les entrepreneurs nient en bloc

Rejoint par CBC News, Mark Garland, un des deux entrepreneurs, affirme n’avoir rien volé à Leanna Leger. Il a admis avoir gardé des armoires chez lui, mais il assure les avoir ensuite ramenées.

Il admet aussi avoir mis des choses dans son camion, mais seulement parce qu'il fallait les changer, dit-il. Selon lui, la femme et son mari auraient fait des rénovations de leur côté et il fallait ensuite s’ajuster.

Ils ont changé les éviers, les placards, les appareils d'éclairage. À l'intérieur, tout a changé. On n'arrivait pas à suivre le rythme.

En fin de compte, j'ai dit : “Leanna, nous ne travaillons pas dans ces conditions”.

Mark Garland, entrepreneur

Il a conservé un dépôt de 16 000 $ puisque cela faisait partie du contrat en cas d’annulation, dit-il.

Dans la maison, le plafond et les murs sont défaits. La femme affirme que les entrepreneurs n'ont pas terminé leur travail. Photo : Tori Weldon / CBC

L’homme blâme Leanna et son mari pour la plupart des dégâts. Selon lui, ils en sont responsables.

Tout ce que nous avons fait, c'est de prendre un mur à l'intérieur, de prendre une terrasse à l'arrière et de dénuder le revêtement, dit Garland.

Si cette maison est en mauvais état, c’est parce qu’ils l'ont démolie.

Mark Garland

Pour sa part, Leanna confirme que son mari a effectué des démolitions, mais il s’agissait d’une suggestion des entrepreneurs pour accélérer le travail, selon elle.

Roger Leblanc, l’autre entrepreneur, n’a pas pu être joint pour l’instant.

Avec les informations de Tori Weldon de CBC

Avec les informations de CBC

Nouveau-Brunswick

Justice et faits divers