•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Recrutement en France : solidarité et rivalité entre les villes du Québec

Vue en plongée du centre-ville de Québec. La photographie a été prise de jour, durant l'hiver.
Dix-huit entreprises de la région de Québec se rendront en France. Photo: Radio-Canada / Maxime Corneau
Radio-Canada

Même si elles se livrent une lutte acharnée pour dénicher des travailleurs qualifiés, les villes du Québec savent se serrer les coudes lorsqu'elles participent à des missions de recrutement à l'étranger, croit Régis Labeaume.

Un texte de Louis Gagné

Le maire de Québec a présenté lundi le programme de la mission économique qui l’amènera en France du 22 novembre au 2 décembre.

Pour ce voyage au cours duquel la recherche de talents étrangers sera le principal enjeu, Régis Labeaume sera accompagné du maire de Drummondville, Alexandre Cusson, et de représentants de la Ville de Montréal.

Est-ce que la présence de ces villes concurrentes nuit aux efforts de Québec en vue d’attirer de nouveaux talents? Le maire préfère ne pas voir les choses sous cet angle.

« On ne peut pas penser de même. Quand on y va tous ensemble, Montréal, Québec, Drummondville, on partage les frais. On y va ensemble puis [on se dit] bonne chance à tout le monde », indique-t-il.

À Paris, Régis Labeaume participera aux Journées Québec. Appuyées par l’organisme Québec international, 18 entreprises de la région rencontreront 1500 candidats qui se disputeront un total de 425 emplois.

Pénurie de main-d’oeuvre

Plusieurs joueurs du secteur des technologies de l’information (TI) seront du voyage, dont Frima, Levio et Fujitsu Québec. Des représentants de ces entreprises, qui ont un besoin criant de travailleurs qualifiés, étaient d’ailleurs aux côtés du maire lors de sa conférence de presse lundi.

« On double chaque année et pour soutenir cette croissance accélérée, le recrutement à l'international est essentiel », explique Jonathan Chouinard , chargé de projets chez Levio, une entreprise du secteur des TI en plein essor.

M. Chouinard mentionne qu’environ les deux tiers des employés de la firme sont recrutés à l’étranger.

Nous avons recruté 50 Français cette année. L'année prochaine, ça me prend 100 nouveaux Français, 75 Tunisiens et 50 Brésiliens.

Jonathan Chouinard, chargé de projets chez Levio

Qualité de vie

Pour attirer des talents à Québec, les entreprises de la région mettent de l’avant les avantages qu’il y a à s’y installer. Selon Annie Belisle, directrice principale chez Fujitsu, la qualité de vie qu’on retrouve à Québec est un puissant argument de vente, notamment lors qu’il est question des temps de déplacement.

À Paris, les gens passent jusqu’à deux heures matin et soir dans les transports en commun pour venir travailler. Ils ne voient leurs enfants que la fin de semaine. Alors ça, c’est un attrait à Québec, encore plus qu’à Montréal, où il y a des problèmes de congestion.

Je dis souvent que tu peux finir le travail à 16 h 30, être chez toi à 17 h et à 18 h, être dans un centre de ski en hiver ou sur un terrain de golf l’été.

Annie Belisle, directrice principale, Fujitsu Québec

Se démarquer

Le président-directeur général de Québec International, Carl Viel, croit que la présence du maire Labeaume en France représente un atout pour les entreprises de la région.

« Elle va nous permettre de nous démarquer, en tant que région, d’être là et de faire connaître encore plus Québec », se réjouit-il.

En plus de sa participation aux Journées Québec, Régis Labeaume prendra la parole devant les chambres de commerce de Paris et de la métropole de Rennes. Il effectuera également une visite aux chantiers navals de Saint-Nazaire.

Québec

Emploi