•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un laissez-passer d'autobus pour personnes à faibles revenus pourrait coûter 15 millions de dollars par an

Un autobus de l'entreprise Winnipeg Transit.
L'octroi de laissez-passer d'autobus pour les personnes à faible revenu pourrait coûter entre 6 et 15 millions de dollars par an à la Ville de Winnipeg. Photo: Radio-Canada

Un laissez-passer de transports en commun pour les personnes à faible revenu coûterait entre 6 et 15 millions de dollars par an à la Ville de Winnipeg, selon un rapport qui explique la manière dont celle-ci pourrait introduire les réductions proposées par le maire Brian Bowman.

L'automne dernier, le maire et le reste du conseil municipal avaient été durement critiqués pour avoir augmenté les tarifs des transports en commun de 25 cents. En réponse, le conseil exécutif a demandé à Winnipeg Transit d'examiner la possibilité de créer un programme de transport en commun pour les personnes à faible revenu, semblable aux rabais offerts par la Ville d'Ottawa.

Dans un rapport présenté mardi au comité des travaux publics, la responsable des finances du service de transport en commun de la Ville de Winnipeg, Laurie Fisher, disait qu’une ébauche de plan serait proposée dans le cadre des négociations budgétaires pour 2019.

Selon le rapport, pas moins de 13 100 Winnipégois seraient admissibles au programme proposé.

Laurie Fisher propose au conseil de considérer trois options.

D’abord, offrir des réductions de 50 % sur les abonnements mensuels aux usagers à faible revenu. Cette initiative coûterait à la Ville 5,9 millions de dollars par an, sur la base des prix de 2018. À l'heure actuelle, un rabais de 50 % sur un laissez-passer mensuel d'autobus pour adulte coûterait donc 50,05 $.

Le rapport propose ensuite d'appliquer le même pourcentage de réduction aux enfants de parents à faibles revenus. Cela coûterait à la Ville 7,5 millions de dollars supplémentaires par an.

Finalement, le rapport suggère l'ajout de trajets individuels à faible coût, ce qui coûterait 1,4 million de dollars.

Le rapport ne dit pas où la Ville trouverait l'argent pour payer le programme, mais suggère de discuter avec la province de la possibilité de partager les coûts.

Il suggère également de mettre en place les réductions progressivement, sur trois ans, afin de réduire l'impact sur le budget de la Ville.

« L'option de mise en place progressive du laissez-passer devrait permettre des coûts plus gérables, qui devront finalement être pris en compte dans le budget 2019 », affirme le porte-parole de Brian Bowman.

Le bureau du maire a également noté que le réseau de transport en commun de Winnipeg demeurait sous-financé en raison de la décision de la province de geler son financement en 2016.

D’où viendra le financement?

Josh Brandon, analyste des politiques au Conseil de planification sociale de Winnipeg, est satisfait que la Ville prenne au sérieux cette idée, mais conteste l’efficacité du programme.

Selon lui, un rabais de 20 % la première année ne sera pas bénéfique aux usagers des transports en commun qui ont du mal à faire face à la hausse de 25 cents pour cent cette année.

« D'où proviendra le financement pour cela? », demande-t-il.

Il craint également que le service de transport en commun ne soit réduit pour payer le programme.

Manitoba

Politique municipale