•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voici comment vous pourriez voter en 2022 au Québec

Le 9 mai 2018, les chefs de la Coalition avenir Québec, du Parti québécois et du Parti vert, le co-porte-parole de Québec solidaire et le président du Mouvement démocratie nouvelle ont tous signés une entente pour mettre en place un nouveau mode de scrutin proportionnel au Québec.

Le 9 mai 2018, les chefs de la Coalition avenir Québec, du Parti québécois et du Parti vert, le co-porte-parole de Québec solidaire et le président du Mouvement démocratie nouvelle ont tous signés une entente pour mettre en place un nouveau mode de scrutin proportionnel au Québec.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Selon la promesse du premier ministre François Legault, qu'il a répétée depuis son arrivée au pouvoir, le mode de scrutin uninominal majoritaire à un tour sera remplacé. Le prochain système envisagé porte un nom bien plus complexe.

Le gouvernement aura fort à faire pour rendre compréhensible le mode de scrutin proportionnel mixte compensatoire avec listes régionales.

La mécanique visant à mettre en place cette importante réforme sera annoncée dans les prochaines semaines. La ministre de la Justice, Sonia Lebel, pilotera ce dossier avec le député caquiste Benoit Charrette. « Le premier ministre s’est engagé à déposer un projet de loi avant le 1er octobre 2019 », a-t-elle indiqué la semaine dernière à l'entrée du conseil des ministres.

Mon mandat est très clair et j’entends le respecter.

Sonia Lebel, ministre de la Justice du Québec

Si elle juge qu'un référendum n'est pas nécessaire, Mme Lebel « considère qu'il y aura peut-être certains aspects sur lesquels la population doit être consultée ». D'ailleurs, les Britanno-Colombiens doivent se prononcer sur le changement du mode de scrutin dans cette province lors d'un référendum postal qui se déroule jusqu'au 30 novembre.

L'issue du scrutin sera suivie de près par le Québec, d'autant plus qu'une telle réforme ne fait pas l'unanimité ici. Parmi les formations politiques à l'Assemblée nationale, le Parti libéral s'y oppose, estimant qu'elle nuirait à la représentation des régions.

Pour mieux comprendre, voici un cours 101 de la réforme promise lors d’une entente entre les partis d’opposition en mai 2018.

Politique provinciale

Politique