•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • La 6e extinction est arrivée

    Un guépard regarde au loin, couché dans l'herbe.
    La communauté scientifique avertit que la « sixième extinction des espèces » est commencée. Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    Selon la communauté scientifique, ce qu'on appelle la 6e extinction des espèces serait commencée. Radio-Canada rend compte depuis plusieurs années de l'apparition de cette menace mortelle tout en apercevant parfois des lueurs d'espoir.

    Péril en la demeure?

    Le 29 octobre 2018, le rapport Planète vivante du Fonds mondial pour la nature est publié. Il brosse un portrait très sombre de l’avenir de la Terre.

    Imaginez! Les populations des espèces de la planète ont décliné de 60 % en moyenne en à peine 50 ans.

    Ça fait des décennies que la communauté scientifique sonne l’alarme sur ce péril.

    Chronique d’une extinction annoncée

    L’Homme détruit tous les habitats naturels. Il y a la pollution des eaux, la pollution de la terre, de l’air. Et l'on rend le globe invivable pour la plupart des espèces et pour l’Homme lui-même.

    Bernard Heuvelmans
    Atomes et galaxies, 14 juillet 1973

    Le 14 juillet 1973, l’émission Atomes et galaxies présente déjà un reportage sur la possibilité et les raisons d’une disparition accélérée des espèces.

    L’agronome et écologiste canadien de réputation internationale Pierre Dansereau y explique notamment les effets dévastateurs de la pollution du lac Érié sur les espèces qui y vivent.

    Le reportage contient également des extraits d’une entrevue – en pleine nature avec le bruit insistant des cigales – avec Bernard Heuvelmans.

    Ce zoologue est à l’époque un des grands spécialistes des espèces inconnues ou disparues. Son constat est sans appel.

    À long terme, je crois qu’il faut être très pessimiste. Si l'on extrapole sur ce que nous avons connu au cours des derniers siècles, vers l’an 2000, il n’y aura pratiquement plus d’animaux sauvages de grande taille.

    Bernard Heuvelmans

    Exagérait-il?

    Avis de décès : Martha la tourte

    Les photographies, prises au jardin zoologique de Cincinnati, montrent la dernière survivante, Martha.

    Charles Tisseyre
    Découverte, 18 mars 2001

    La journaliste Solange Gagnon a présenté à l’émission Découverte du 18 mars 2001 un reportage qui confirme que l’extinction accélérée des espèces se poursuit depuis déjà longtemps...

    ... même au Canada.

    Solange Gagnon fait raconter à Michel Gosselin, responsable des collections du patrimoine naturel à Ottawa, la triste histoire de la tourte.

    La tourte était, au 19e siècle, l’oiseau sauvage le plus abondant de l'Amérique du Nord.

    Nos ancêtres ont vu des volées de ces oiseaux obscurcir le ciel quand ils prenaient leur envol. Or, on chassait énormément la tourte à cette époque-là.

    À tel point qu’en 1910 elle avait pratiquement disparu.

    L’unique survivante, Martha, s’est éteinte au zoo de Cincinnati le 1er septembre 1914.

    Le reportage montre aussi qu'on ignore à quel point l'extinction d’espèces peut avoir des conséquences néfastes pour les écosystèmes et la survie même des humains.

    Une idée qui fait froid dans le dos quand on sait que depuis 1970 les populations d'oiseaux des prairies se sont effondrées de 69 %, celles des insectivores de 51 % et celles des oiseaux de rivage de 43 %.

    Course contre la montre

    Je travaille depuis 15 ans dans cette région et je n’en avais jamais vu.

    Steven Richard
    Téléjournal/Le Point, 7 février 2006

    Le 7 février 2006, la journaliste Catherine François propose un reportage au Téléjournal/Le Point sur une expédition scientifique. Une équipe de chercheurs du musée d’Australie-Méridionale s’est enfoncée dans la jungle des monts Foja situés en Indonésie.

    Ils en reviennent émerveillés.

    Ils découvrent dans cette forêt pratiquement inaccessible un jardin d’Éden. Des dizaines de nouvelles espèces de plantes, de grenouilles, de papillons, d’oiseaux et de mammifères sont répertoriées. Un des membres de l’expédition, Steven Richard, souligne qu’on a aussi découvert des espèces qu’on pensait éteintes.

    C’est le cas notamment d’une espèce de kangourou arboricole qu’on croyait avoir disparu d'Indonésie.

    Ce genre de découverte continue même de nos jours.

    Chaque année, des milliers d’animaux et de plantes jusqu’ici inconnus sont identifiés et répertoriés par l’Institut international pour l’exploration des espèces de l’université d’État de New York.

    Si 18 000 espèces ont été ajoutées à sa liste, l’Institut rappelle que 20 000 espèces disparaissent avant même d’avoir été identifiées.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Environnement