•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Terre-Neuve connaît son plus important déversement pétrolier

Une plateforme pétrolière sur l'eau
La tempête de la semaine passée a forcé la fermeture des plateformes pétrolières. Photo: getty images/istockphoto / Arthurpreston
Radio-Canada

La fuite de pétrole survenue vendredi au large de Terre-Neuve est la plus importante que la province a connue, selon les autorités.

Vendredi, 250 000 litres de pétrole se sont échappés du champ pétrolier extracôtier de White Rose. La fuite a été signalée au navire de production SeaRose, qui se trouve à environ 350 km au sud-est de Saint-Jean.

L’Office Canada Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers a confirmé lundi qu’il s’agissait du plus important déversement pétrolier de l’histoire de la province.

La ministre des Ressources naturelles de la province, Siobhan Coady, a déclaré que le déversement ne s'est pas prolongé. Il n’y a toutefois aucun moyen de s’en assurer, a-t-elle poursuivi. Les mauvaises conditions en mer ont rendu impossible jusqu'ici l’envoi de sondeurs sous-marins pour évaluer les dégâts.

Siabhan Coady, la ministre des Ressources naturelles de T.-N.-L.Siabhan Coady, la ministre des Ressources naturelles de T.-N.-L. Photo : CBC/Mark Quinn

Les effets du déversement restent donc inconnus.

Fermeture des plateformes extracôtières

L'exploitation pétrolière extracôtière à Terre-Neuve-et-Labrador est d'ailleurs suspendue provisoirement en raison du mauvais temps en mer.

Selon l'Office Canada Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers, les opérations de forage ne reprendront que lorsque ce sera sécuritaire. Il faudra l'autorisation de l'office avant que les opérations reprennent.

L'interruption vise notamment la plateforme Hebron et les navires de production SeaRose et Terra Nova.

Une porte-parole de l’entreprise pétrolière a déclaré que la mer houleuse a entravé les efforts pour contenir la fuite. Toutefois, le pétrole n'atteindra pas la côte, selon l’entreprise.

L’office a indiqué que quatre vols de surveillance et un navire de soutien ont été déployés, et qu’aucun animal marin ni oiseau n’a été aperçu à proximité de la nappe de pétrole qui s'est formée.

Avec les informations de La Presse canadienne, et CBC

Terre-Neuve-et-Labrador

Industrie pétrolière