•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Processus d'adoption : de l'aide pour les parents

Anik Bertrand joue aux cartes avec l'un de ses fils.

Anik Bertrand a elle-même adopté deux enfants.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Trifluvienne Anik Bertrand offre depuis quelques semaines un service d'accompagnement destiné aux familles qui souhaitent adopter un enfant.

Son entreprise « Anik adoption et attachement » s'intéresse à toutes les étapes du processus d'adoption, y compris l'intégration de l'enfant dans sa nouvelle famille.

On a beaucoup d'amour à donner, mais l'enfant, quand il arrive, il arrive avec son bagage, avec ses expériences antérieures, souvent de maltraitance, de violence, de négligence, explique Anik Bertrand. Il arrive et il ne veut pas nécessairement se faire aimer en partant, il veut se faire sécuriser. Donc des fois, il y a un clash entre ce que les parents veulent et ce [dont] l'enfant a besoin.

Selon elle, son entreprise comble plusieurs besoins dans la région puisque les familles désireuses d'adopter un enfant disposent de peu de ressources. Bachelière en travail social et éducatrice spécialisée de formation, elle possède aussi une expertise en deuil périnatal.

Anik Bertrand.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Anik Bertrand offre des services d'aide dans le processus d'adoption et d'intégration.

Photo : Radio-Canada

Par le biais de ce service d'accompagnement, Anik Bertrand espère que son expérience en tant que mère adoptive de deux enfants puisse permettre à d'autres familles de compléter le processus d'adoption avec succès.

Je me suis promenée dans le merveilleux monde des services qui manquent et qui sont peu présents et qui ne conviennent pas toujours aux réalités de l'adoption, dit-elle.

Anik Bertrand est d'avis que son offre de services, unique en Mauricie, permettra de mieux aiguiller les parents.

D'après les informations de Samuel Desbiens

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !