•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Parti albertain exige une enquête sur des allégations touchant 2 députés du NPD

Karen McPherson répond aux questions des journalistes dans un couloir de l'Assemblée législative de l'Alberta.

La députée du Parti albertain Karen McPherson a écrit au président de l'Assemblée législative pour demander la tenue d'une enquête sur la façon dont des allégations d'inconduite sexuelle à l'endroit de deux députés du gouvernement ont été traitées.

Photo : Radio-Canada / Michelle Bellefontaine

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Parti albertain demande la tenue d'une enquête indépendante sur la façon dont des allégations d'inconduite sexuelle touchant deux députés du Nouveau Parti démocratique (NPD) provincial ont été traitées.

« Le bureau de la première ministre a révélé que deux députés membres du caucus néo-démocrate ont été accusés d’inconduite sexuelle et que ces allégations ont été tenues secrètes, tout comme leur traitement », écrit la députée de Calgary-Mackay-Nose Hill, Karen McPherson, dans une lettre envoyée au président de l’Assemblée législative datée du 16 novembre.

Le 8 novembre, la première ministre néo-démocrate Rachel Notley avait indiqué que deux députés ont fait l’objet d’enquêtes à la suite d’allégations de comportement inapproprié envers des femmes à l’extérieur du caucus.

Le bureau de la première ministre soutient que les plaintes n’étaient pas de nature criminelle et qu’elles sont liées à des événements qui se sont produits à l’extérieur des lieux de travail.

La première ministre a refusé de nommer les deux députés, indiquant que les femmes concernées ont demandé que leurs plaintes restent confidentielles.

Réponse insatisfaisante

Dans sa lettre, Mme McPherson soutient que la responsabilité première de l’enquête n’incombe pas au parti dont un membre est l’objet d’allégations et trouve la réponse du bureau de la première ministre insuffisante.

Or, selon la politique contre le harcèlement de l’Assemblée législative albertaine, « lorsqu’un député fait l’objet d’une plainte, l’employé a la possibilité de s’adresser au whip du parti [de ce député] et/ou au directeur des ressources humaines, qui peuvent demander une enquête indépendante, si nécessaire ».

Le Parti albertain demande néanmoins qu’une enquête soit menée afin de déterminer si le NPD a bien répondu aux allégations et, s’il devait y avoir une faille, qu’une enquête indépendante soit lancée quant au comportement des députés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !