•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La méthamphétamine en cristaux alimente la violence en prison, affirme un syndicat

Des barreaux séparent les jambes de deux personnes qui se font face à l'intérieur d'une prison.

La méthamphétamine cristallisée alimente la violence en prison

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La hausse de violence constatée dans le Centre de détention provisoire de Winnipeg provient en partie de la méthamphétamine en cristaux consommée par les détenus. C'est ce qu'affirme le Syndicat des employés généraux et des fonctionnaires du Manitoba (SEGM).

Selon des statistiques consultées par La Presse canadienne et conformément à la liberté d’accès à l’information, les gardiens de cette prison ont dû être appuyés par du renfort 47 fois du 1er janvier au 30 septembre 2018, soit un nombre deux fois important qu’il y a quatre ans.

Un employé du Centre de détention, qui préfère garder l’anonymat, car il n’est pas autorisé à aborder le sujet en public, raconte que les détenus sous l’effet du « crystal meth » sont imprévisibles.

« Vous avez affaire à un zombie, dit-il [...]. Un alcoolique est en général assez lent, mais un détenu sous l’emprise de la méthamphétamine [...] accroît sa force, à mon avis ».

La présidente du syndicat, Michelle Gawronsky, dit avoir soulevé le dossier auprès du ministère de la Justice qui dit ne pas aborder de sujets sécuritaires sur la place publique.

La Société John Howard du Canada qui se bat pour un système de justice criminel plus juste estime que cette violence n’est pas une surprise, car la police de Winnipeg et dans d’autres villes du pays a constaté sur le terrain une hausse d’usage de méthamphétamine cristallisée.

Les 300 lits du Centre de détention accueillent des personnes qui attendent leur procès ou une libération sous caution ou qui seront transférées dans une autre prison.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !