•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

10 prescriptions littéraires du Dr Alain Vadeboncœur

medecin, communicateur et mélomane
Alain Vadeboncœur Photo: Radio-Canada / Mathieu Dumontier
Radio-Canada

Après les prescriptions des médecins pour aller au musée, pourquoi ne pas aller voir un docteur en vue de se faire prescrire des livres? Même si Alain Vadeboncœur est urgentologue, il a profité du Salon du livre de Montréal pour faire d'autres types d'ordonnances.

En fait, pour une rare fois, il ne prescrira pas des médicaments, mais bien des livres. Néanmoins, il souligne qu’il a sûrement déjà prescrit des lectures à des patients, mais des livres plus informatifs que littéraires. « Ça m’arrive aussi de partager des textes que j’ai écrits. On pourrait assimiler ça à une prescription », souligne-t-il.

Les prescriptions littéraires sont une initiative de l’Association des libraires du Québec. Plusieurs écrivains font de telles prescriptions chaque jour lors du Salon du livre de Montréal.

Alain Vadeboncœur est l'un des invités d'honneur du Salon du livre de Montréal.

La programmation de Radio-Canada au 41e Salon du livre de Montréal

Il a construit sa liste non pas comme un libraire, mais comme un lecteur. « J’ai mis les livres qui m’ont marqué. Ce sont mes propres expériences de lecture, [celles] qui m’ont formé », explique-t-il.


Alain Vadeboncœur explique pourquoi il a choisi les 10 livres suivants :

À la recherche du temps perdu, de Marcel Proust
« Une montagne; un des grands livres que j’ai lus dans la vingtaine. Tous les livres ne sont pas appropriés comme les médicaments. Ce livre pourrait être prescrit pour les gens qui ont beaucoup de temps et qui s’ennuient », souligne-t-il. Les gens qui sont alités, peut-être? « Oui; d’ailleurs, Proust écrivait beaucoup dans son lit », ajoute Alain Vadeboncœur.


L’énigme du retour, de Dany Laferrière
« C’est un très beau livre d’un grand auteur. Je l’ai découvert assez tard... On vient de me donner son tout dernier. Un livre qui peut guérir le mal du pays. »


Le souffle de l’harmattan, de Sylvain Trudel
« Un livre que j’ai beaucoup aimé. Une lecture originale de personnages jeunes. Une exploration comme Réjean Ducharme. C’est un souffle; je le recommanderai pour les maladies respiratoires. »


L’avalée des avalés, de Réjean Ducharme
« Un autre qui est aussi arrivé avec une nouvelle manière d’écrire. »


L’insoutenable légèreté de l’être, de Milan Kundera
« Il fait partie des auteurs dont j’ai lu toutes les œuvres. J’aurais pu mettre n’importe lequel de ses livres. Je me reconnais : c’est bien construit. »


Solomon Gursky, de Mordecai Richler
« On connaît le personnage public, plutôt désagréable. Mais j’ai lu trois de ses romans. Ici, c’est une saga immense sur 150 ans. Richler était un très grand romancier, qui se compare à Gabriel García Márquez. Je le lis en français, car je n’ai pas assez de facilité pour lire en anglais. »


Voyage au bout de la nuit, de Louis-Ferdinand Céline
« L’un des très grands romans que j’ai lus. Un découvreur de langage qui a écrit comme personne d’autre avant lui, malgré le fait que ce soit un personnage désagréable. »


Le bien commun, de Noam Chomsky
« Certaines œuvres sont très justes, et dans ce livre, il fait une description assez radicale, mais très exacte du monde contemporain. Cet auteur m’a beaucoup appris et m’a nourri. »


Œuvres complètes : poésies, prose et correspondance, d’Arthur Rimbaud
« J’ai une relation particulière avec Rimbaud. J’avais emprunté ce livre à un Suisse et je ne le lui ai jamais rendu. C’est un livre qui me suit tout le temps, partout où je vais. Je le relis de temps en temps. C’était une écriture révolutionnaire. »


Sans famille, d'Hector Malot
« J’ai un souvenir assez flou de ce livre, mais c’est le premier long roman que j’ai lu, donc c’est marquant. Une grande lecture pour moi, au début de ma carrière de lecteur; j’avais environ 10 ans. »

Livres

Arts