•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’échec du médicament à un million de dollars

La fiole transparente apparaît clairement, et l'arrière-plan est flou.
Une fiole de glybera Photo: Radio-Canada / Craig Chivers
Radio-Canada

Des chercheurs canadiens ont développé une cure miraculeuse qui guérit en un seul traitement une grave maladie particulièrement présente au Saguenay. Le seul hic : le médicament coûte un million de dollars par patient. Seules 31 personnes dans le monde ont pu en bénéficier avant qu'il ne disparaisse. Voici le récit du succès de la recherche universitaire et de l'échec de l'industrie pharmaceutique.

D’après le texte de Kelly Crowe, de CBC News

Même si la plupart des Canadiens n’en ont jamais entendu parler, le médicament Glybera est le résultat d’une des plus grandes avancées scientifiques de l’histoire récente de leur pays. Il s’agit du premier médicament capable de réparer un gène défectueux, et ce, en un seul traitement.

Cette avancée, qui est le résultat de dizaines d’années de travail de chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC), traite avec une efficacité stupéfiante ce qu'on appelle le déficit familial en lipoprotéine lipase (ou déficit en LPL), une maladie génétique rare.

Dans le monde, sa prévalence est de deux ou trois cas parmi un million d'individus. Sa présence est toutefois beaucoup plus accrue au Saguenay que dans le reste du monde. Dans la région, elle toucherait 200 personnes sur un échantillon d'un million d'individus.

La lipoprotéine lipase est une protéine essentielle pour métaboliser les lipides alimentaires. Le sang des personnes atteintes d’un déficit en LPL devient blanc et épais en raison des particules de gras non métabolisé qui y circulent. Le phénomène peut détruire le pancréas et mener au décès du patient.

Pour maîtriser la maladie, les personnes atteintes doivent suivre une diète rigoureuse ne contenant que très peu de gras. Il leur est aussi strictement interdit de consommer de l'alcool.

Un régime auquel se soumettait Cynthia Turcotte, une psychologue montréalaise aujourd’hui âgée de 42 ans. C’est à l'âge de huit mois, alors qu’elle en est presque morte, que son déficit en LPL a été diagnostiqué.

Une jeune femme aux yeux bleus, aux cheveux blonds, qui porte des lunettes.Cynthia Turcotte a utilisé du Glybera lors de son essai clinique à Chicoutimi. Photo : Radio-Canada / Craig Chivers

Pour Mme Turcotte, la pire conséquence de sa maladie était cependant le fait de ne pas pouvoir porter d'enfant, étant donné le risque trop élevé de fausse-couche.

De plus, bien qu'elle ait respecté sa diète stricte, elle a été victime, il y a 10 ans, d’une grave pancréatite, l’un des symptômes les plus dangereux du déficit en LPL. « C’est comme se digérer soi-même », explique Mme Turcotte pour illustrer l’ampleur de la douleur.

« Une pancréatite, c’est comme de l’acide qui traverse votre ventre et votre abdomen. À ce moment-là, je hurlais. J’ai été hospitalisée 10 jours », raconte la psychologue.

À la suite de cette expérience douloureuse, Cynthia Turcotte a entendu parler de l’essai clinique d’un traitement expérimental contre le déficit en LPL qui se déroulait à Chicoutimi, dans la région du Saguenay. Elle s’est immédiatement portée volontaire.

Le traitement, une seule séance d’injections dans les jambes, s’est avéré phénoménal pour Cynthia, faisant cesser ses épisodes de pancréatite, mais lui permettant surtout d’avoir deux enfants : ses « deux miracles », comme elle les appelle.

À ce jour, Cynthia Turcotte est l’une des 31 personnes atteintes du déficit en LPL qui ont pu bénéficier du traitement révolutionnaire.

Le médicament a prouvé qu'il pouvait fonctionner de manière très efficace en toute sécurité. Pourtant, il n’est plus accessible nulle part dans le monde.

Commercialisé sous le nom de Glybera, il n’a jamais été vendu en Amérique du Nord et a été disponible en Europe pendant seulement deux ans, à partir de 2015. Le produit a ensuite été abandonné par la compagnie détenant les droits de vente.

C’est qu’en plus d’être reconnu comme la première thérapie génétique en son genre, le Glybera se hisse en haut d’un palmarès beaucoup moins enviable : il est le médicament le plus cher du monde.

Une technologie révolutionnaire

C’est en 1986 que le docteur Michael Hayden de UBC confie à un jeune médecin néerlandais qui venait de rejoindre son laboratoire l’ambitieux projet de déterminer la cause du déficit en LPL.

En utilisant l’ADN d’un jeune patient, le Dr John Kastelein a réussi à identifier le gène déficient responsable de la maladie.

Un homme aux cheveux gris, à la moustache finement taillée et aux yeux bleus vifs, portant des lunettes.Le Dr John Kastelein a rejoint l'équipe de Michael Hayden de l'Université de la Colombie-Britannique dans les années 80. Photo : Radio-Canada / Craig Chivers

Il fallait maintenant trouver une manière de le réparer. Pour ce faire, Michael Hayden propose de remplacer le gène défectueux par un gène fonctionnel. Son équipe suggère alors d’utiliser un virus inoffensif conçu spécifiquement pour porter un gène humain. Il s’insérerait dans les cellules qui créeraient alors des copies du gène nécessaire à la production de la protéine manquante chez les patients.

Si le concept était relativement simple à imaginer, sa mise en pratique serait plus ardue.

C’est seulement en 2002 que des résultats concluants sont atteints chez des souris génétiquement modifiées pour être porteuses du gène défectueux. Les chercheurs savourent leur succès dès qu’ils observent que le sang des souris ayant subi le traitement expérimental est maintenant rouge et non plus blanc et laiteux.

C’était un moment incroyable, nous savions que nous l’avions.

Le docteur Michael Hayden

Mais avant de passer au test sur des humains, les résultats devaient être reproduits sur de plus gros mammifères.

Après que le traitement eut fonctionné sur des chats naturellement porteurs du gène, les chercheurs étaient prêts à passer aux sujets humains.

En 1998, le Dr John Kastelein, complice de Michael Hayden, est retourné aux Pays-Bas pour poursuivre la recherche avec des patients européens.

Devenu alors un expert de renommée mondiale sur la maladie, il était déterminé à permettre aux malades de bénéficier des découvertes de son équipe de chercheurs. Avec des collègues de l’Université d’Amsterdam, il a donc fondé la compagnie pharmaceutique Amsterdam Molecular Therapeutics (AMT).

De Vancouver, l’équipe du docteur Hayden leur a offert du soutien dans leur travail de recherche.

Pour pouvoir tester son traitement révolutionnaire sur des malades, la nouvelle compagnie allait devoir convaincre les autorités européennes que le jeu en valait la chandelle, puisque ce serait la première fois que de l’ADN humain porté par un virus serait injecté dans des volontaires. Un évènement inédit qui inquiétait beaucoup les régulateurs européens.

« Nous avons dû faire face à toutes sortes de régulations pour empêcher que le virus ne s’échappe dans l’environnement et ne transforme les gens en zombies ou quelque chose du genre », raconte le docteur Kastelein.

C’est en 2005 que l’équipe peut enfin recruter huit patients néerlandais souffrant d’une déficience en LPL. Elle doit respecter des règles de confinement des patients extrêmement strictes pour répondre aux craintes des régulateurs, qui sont aujourd’hui caduques.

Lors du traitement, qui se déroulait en une seule séance, les patients recevaient jusqu’à 60 injections dans les muscles des membres inférieurs. Quelques heures à peine après le traitement, on pouvait déjà observer la diminution du niveau de gras présent dans leur sang.

Des essais au Saguenay

La première phase des essais chez des humains ayant été couronnée de succès, AMT a décidé de lancer une deuxième phase. C’est le retour du Glybera au Canada, plus particulièrement au Saguenay.

En effet, l'un des plus grands groupes de patients atteints de déficit en LPL du monde se trouve dans cette région. Il existe même une clinique spécialisée en lipides à Chicoutimi, où les médecins traitent les personnes souffrant de déficit en LPL.

C'est ainsi que Cynthia Turcotte a entendu parler pour la première fois de l'essai clinique du Glybera, en 2008. Lorsque son médecin de Montréal a mentionné la thérapie expérimentale, elle a sauté sur l'occasion et s’est portée volontaire.

Elle a reçu 45 injections dans les muscles de ses jambes. Le traitement unique s'est terminé en quelques heures, mais son efficacité dure encore aujourd'hui. Grâce au Glybera, elle a pu donner naissance à deux enfants en bonne santé.

Pour moi, c'était un miracle. Je ne croyais pas que j'aurais des enfants. Et ce sont toujours mes deux miracles.

Cynthia Turcotte, patiente atteinte de déficit de LPL

Malgré l’efficacité renversante du traitement, elle a été l'une des rares personnes au monde à le recevoir.

Un prix exorbitant

Pendant ce temps aux Pays-Bas, AMT se préparait à commercialiser le Glybera et se battait toujours pour convaincre les autorités réglementaires de permettre sa vente.

Pendant deux ans et demi, AMT a ainsi accumulé des millions de dollars en pertes.

La compagnie a été liquidée en 2012 et ses actifs repris par une nouvelle compagnie privée, uniQure. Ce nouveau propriétaire est ensuite entré en partenariat avec la firme italienne Chiesi qui a acquis, pour 31 millions d’euros, les droits de vente du Glybera en Europe, laissant ceux d’Amérique du Nord à uniQure.

Pour rentabiliser leurs investissements, ces nouveaux propriétaires ont apposé au Glybera un prix qui a rapidement fait les manchettes à travers le monde : un million de dollars américains pour une simple dose.

Au Canada, cette nouvelle a mis le docteur Hayden dans l’embarras.

« J'étais furieux. Je ne savais pas qu'ils exigeraient ce prix », explique le professeur de UBC, qui n’avait pas d’intérêt financier dans le projet.

Ce n’est pas la raison pour laquelle nous faisons de la recherche. Nous le faisons pour avoir un impact sur les patients.

Le docteur Michael Hayden

Le chercheur savait très bien qu’à ce prix, les malades ne pourraient se permettre le traitement, que leurs assurances refuseraient de le couvrir.

L’échec du marché

Pour les compagnies pharmaceutiques possédant le Glybera, ce prix était basé sur un simple calcul financier et était relativement comparable à ceux d’autres médicaments pour des maladies rares.

C’est qu’avec un seul traitement, un patient pouvait être guéri pour au moins 10 ans. Le prix, bien qu’exorbitant, était ainsi moins élevé que le coût d’une thérapie de remplacement devant être prise en continu et pouvant coûter plus de 300 000 $ par année.

Malgré tout, face au prix du Glybera, les gouvernements et les assureurs européens ont été réticents à payer.

En avril 2017, deux ans seulement après sa mise en marché, Chiesi a annoncé l'abandon du Glybera. La société a laissé expirer la licence de commercialisation européenne.

Le médicament n'a été administré qu'à 31 personnes dans le monde entier, dont la plupart ont été traitées gratuitement lors d'essais cliniques. UniQure n'a pas l'intention de distribuer le Glybera au Canada ni aux États-Unis.

Dans l'industrie pharmaceutique, il ne suffit pas qu'un médicament soit efficace, il faut aussi qu'il soit rentable.

« S'il n'est pas commercialement viable de produire une certaine thérapie, malheureusement, dans notre société occidentale, ça ne se produit pas », dit le docteur Kastelein.

Industrie pharmaceutique

Santé