•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Chambre des communes cherche de la relève en sécurité informatique

Un étudiant de dos travaille à un ordinateur portable.

Une cinquantaine d'étudiants ont participé à la Coupe du cyberdéfi du maire, à l'Université Carleton à Ottawa le 17 novembre 2018.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À un peu moins d'un an des élections fédérales, la Chambre des communes cherche à recruter de jeunes talents contre les cyberattaques à caractère politique. Des représentants de l'organisme étaient présents pour la première fois à la Coupe du cyberdéfi du maire, qui se tenait samedi à Ottawa.

Les attaques qui nous préoccupent sont l’œuvre d’autres agences et gouvernements qui aimeraient avoir accès à de l’information privilégiée que possèdent des protagonistes à la Chambre des communes, a souligné Heidi Touati, directeur adjoint pour la sécurité des technologies de l’information à la Chambre.

Pour solidifier son équipe et être prêt à toute éventualité, M. Touati espérait samedi recruter trois ou quatre étudiants présents à l'Université Carleton.

Surtout qu’on va être dans une année électorale et qu’on sait que les défis sont un peu plus grands, a souligné le spécialiste en cybersécurité.

On a des défis plus grands, parce qu’on est au cœur de la démocratie. On a des ministres et des députés, il nous faut la meilleure équipe pour protéger cet aspect-là.

Heidi Touati, directeur adjoint pour la sécurité des technologies de l’information à la Chambre des communes

Une cinquantaine d’étudiants participaient justement au défi, samedi, pour démontrer leurs talents. Derrière leurs écrans, ils tentaient de pirater le système informatique d'une entreprise fictive. Une fois les faiblesses identifiées, ces pirates informatiques bien intentionnés devaient proposer des moyens de défense contre les cyberattaques.

Il faut qu’on pense à toutes les possibilités pour entrer dans un système informatique, a jugé Benoit Asselin, étudiant en sécurité informatique au collège La Cité.

Cette créativité est nécessaire, puisque les attaques sont de plus en plus sophistiquées et plus diversifiées, estime Tom Levasseur, analyste en sécurité informatique pour le gouvernement canadien et organisateur du défi.

Les attaques lancées par les réseaux sociaux, on l’a vu dans les élections américaines, c’est à peu près nouveau depuis quelques années. On attaque des milliers de personnes en même temps, c’est très difficile à défendre, a souligné M. Levasseur.

Un homme en entrevue dans une salle de classe.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Tom Levasseur, analyste en sécurité informatique pour le gouvernement canadien et organisateur de la Coupe du cyberdéfi du maire.

Photo : Radio-Canada

Les défis sont donc grandissants pour le gouvernement et les entreprises. Certaines attaques sont motivées par l’argent, alors que d’autres ont des visées politiques.

C’est peut-être la Russie ou un autre pays qui veut affecter nos systèmes démocratiques, a indiqué M. Levasseur.

Heureusement, selon le spécialiste, les passionnés de cybersécurité sont de plus en plus habiles pour contrer les menaces. Mais ils sont aussi une denrée rare.

Les compagnies ont toutes le même problème. Elles ont du mal à recruter. Les étudiants ici trouvent un emploi avant de compléter leurs études, a affirmé M. Levasseur.

Avec les informations de Florence Ngué-No

Ottawa-Gatineau

Cybersécurité