•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les salons des métiers d'art toujours pertinents pour les créateurs

On voit plusieurs bols, tasses et théières sur une étagère.
Le Salon des métiers d'art se déroule du 15 au 18 novembre à l'Hôtel Rimouski. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

L'approche du temps des Fêtes représente un moment important pour les artisans qui en profitent pour vendre leurs produits au Salon des métiers d'art à Rimouski, qui prendra fin dimanche. Une occasion pour eux de se faire connaître et de rencontrer leurs clients, même si une portion grandissante de leur chiffre d'affaires provient des ventes en ligne.

Même si les artisans peuvent maintenant compter sur des plateformes virtuelles pour arrondir leurs fins de mois, rien ne remplace la rencontre avec leurs clients.

On voit une femme qui se tient devant une étagère. Sur l'étagère derrière elle, on remarque plusieurs morceaux de textile, des foulards, des chaussettes et de petits sacs. La designer textile Pascale Faubert Photo : Radio-Canada

Pascale Faubert possède son entreprise de design textile depuis 15 ans. Les Fêtes représentent toujours un moment fort pour la vente de ses produits.

Je commence à travailler à cinq heures du matin, puis je finis à cinq heures du soir.

Pascale Faubert, designer textile
Une femme touche des foulards sur un mur. Le Salon des métiers d'art est une manière de faire connaître leurs produits Photo : Radio-Canada

Pour y arriver, Mme Faubert entame une tournée du Québec pendant un mois. Je loue un camion. Je reviens juste avant le père Noël, pour que mes enfants me voient, raconte-t-elle.

Une stratégie partagée

Beaucoup d'artisans se promènent de salon en salon pour vendre leurs œuvres.

Le sculpteur madelinot Daniel Renaud présente ses oeuvres un peu partout au Québec.

Un homme est assis sur une chaise. À ses côtés, on remarque plusieurs statues sur des étagères, qui représentent des animaux. Il y a un oiseau et des baleines. Le sculpteur Daniel Renaud Photo : Radio-Canada

Je fais une p'tite, ce qu'on appelle la petite "run" de lait. Je fais trois salons cette année.

Daniel Renaud, sculpteur

Par contre, la part des revenus des artisans tirée des salons des métiers d'art s'amoindrit avec les années.

C'est juste de choisir les bons réseaux, puis la vente en ligne, c'est l'une des façons d'y arriver.

Pascale Faubert, designer textile

Ces créateurs sont donc de plus en plus nombreux à se tourner vers la vente en ligne.

Le directeur de la Corporation des métiers d'art du Bas-Saint-Laurent, Nicolas Orreindy, mentionne que les artisans doivent trouver d'autres sources de revenu. Maintenant, il faut que l'artisan diversifie son portefeuille. C'est terminé le temps où un salon [pouvait représenter] l'ensemble de nos revenus pour l'année, ajoute-t-il.

Le web ne fait pas l'unanimité

Ce ne sont pas tous les artisans qui ont pris le virage du web.

Le sculpteur Daniel Renaud indique que la vente en ligne est plus difficile pour lui. On fait que de la pièce unique, c'est de la pièce de collection. Je pense que les gens veulent toucher, les gens veulent voir, précise-t-il.

Même si la vente en ligne prend une place importante, la designer Pascale Faubert affectionne encore les salons des métiers d'art.

Ces rendez-vous lui permettent de partager sa passion avec ses clients.

D'après les informations de Marie-Christine Rioux

Bas-Saint-Laurent

Arts