•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Malgré la débandade du PQ, Lisée toujours fier de sa campagne

Le reportage de Mathieu Dion
Radio-Canada

Jean-François Lisée estime que le Parti québécois (PQ) a « gagné la campagne », même s'il a encaissé une défaite cuisante aux dernières élections québécoises.

Un peu plus d'un mois après l'élection du 1er octobre, les cadres de la formation politique se réunissent, samedi, pour faire un travail d'introspection à l'occasion de la Conférence des présidents du Parti québécois, au Collège de Maisonneuve, à Montréal.

Avec 17 % des suffrages, le PQ n'a fait élire que 10 députés. Jean-François Lisée a lui-même perdu sa circonscription de Rosemont face à Québec solidaire (QS).

L’événement, qui se tient à huis clos, réunit la présidente de la formation, Gabrielle Lemieux, le chef parlementaire du parti, Pascal Bérubé, l’exécutif national, les représentants des jeunes, des candidats défaits et aussi des députés, dont Véronique Hivon, soit environ 300 personnes.

Toutes les discussions entre les présidents se tiennent donc en privé. Devant les journalistes avant l'événement, M. Lisée avait déclaré qu'il ne pensait pas avoir commis d'erreur, par exemple en confrontant la co-porte-parole de QS, Manon Massé, lors du troisième débat des chefs.

Selon lui, en soulevant des questions sur la gouvernance de QS, le PQ « a évité le pire ».

Cette stratégie avait attiré des critiques au chef pendant la campagne. M. Lisée avait même laissé entendre que la vice-chef, Véronique Hivon, n'était pas d'accord. « On peut toujours faire mieux », a concédé M. Lisée, samedi.

« Maintenant, sur la question du troisième débat, moi je pense que c'est ce qu'il fallait faire, je savais que ce serait très controversé », a-t-il ajouté.

Attirer les jeunes

Avant le début du congrès, Frédérique St-Jean, présidente du Comité national des jeunes du Parti québécois, a reconnu que le PQ s’est déconnecté de la jeunesse.

« Les enjeux mis de l’avant n’ont pas été ceux de la jeunesse. Le contenu [de notre programme] n’était pas le problème, c’est la manière dont on l’a mis en avant. On n’a pas su montrer que l’environnement était l’une de nos priorités absolues », dit-elle en ajoutant qu’un effort marketing a été fait pour la campagne, mais « trop tard ».

Mme St-Jean souhaite donc que le parti fasse une place aux jeunes et qu’il soit plus présent sur les campus. « J’espère que les jeunes seront au centre [du] virage [du PQ] », a-t-elle poursuivi.

Le chef parlementaire du parti, Pascal Bérubé, s’est quant à lui montré combatif. Un peu plus tôt dans la journée, il avait tweeté cette citation de Winston Churchill : « Le succès n’est pas final, l’échec n’est pas fatal : c’est le courage de continuer qui compte ».

On peut ne pas réussir une élection, mais réussir un bilan. On va consacrer des efforts importants pour remporter l'élection dans Roberval.

Pascal Bérubé, chef parlementaire du parti

La rencontre de samedi devrait, d’après lui, permettre de recueillir les commentaires et les idées des militants. « Ils seront canalisés tôt ou tard dans une campagne au leadership. On accueille les idées, on n’est pas ici pour s’apitoyer sur le résultat », a-t-il dit.

La souveraineté à nouveau la priorité

La question de l’indépendance devrait être remise de l’avant après avoir été presque totalement laissée de côté durant la campagne. Jean-François Lisée souhaitait en effet attendre un deuxième mandat pour proposer un référendum.

D’après certains militants, cette prise de position a poussé des électeurs à ne pas voter pour le PQ.

Lors de la cérémonie d’assermentation des députés péquistes, Pascal Bérubé a lancé qu’il fallait « faire du Québec un pays ».

« On voit que la question de l’indépendance est au centre de notre réflexion. Le Parti québécois va devoir se demander comment il peut se remettre au service du mouvement indépendantiste. Comment remettre en branle le véhicule pour l’indépendance qu’est le PQ », a souligné la présidente du parti, Gabrielle Lemieux, sur les ondes de RDI.

Certains évoquent un changement de nom ou une refonte complète du parti.

Beaucoup de dirigeants du parti estiment par ailleurs que Jean-François Lisée a mené une bonne campagne, avec de bonnes idées et un bon programme, mais qu'il a perdu des soutiens avec sa sortie contre Manon Massé et Québec solidaire au dernier débat des chefs.

Avec des informations de Mathieu Dion

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique provinciale

Politique